Servir le Peuple

En parcourant, notamment, un Forum communiste de langue castillane, Servir le Peuple a fini par “mettre le doigt” sur le “problème” qui l’oppose à l’analyse des marxistes-léninistes-maoïstes latino-américains vis-à-vis des “gauches” réformistes bourgeoises qui ont fleuri sur le continent depuis 1998.

En réalité, il semble que les camarades maoïstes des Amériques fassent une confusion entre :

– les différentes branches de la classe dominante dans ces pays (compradore, bureaucratique et terrateniente),

ET

– les différences de conception du monde au sein même de la classe dominante en question, formant une “droite” (“modérée” ou “ultra”, sans parler des fascistes) et une “gauche” (elle aussi “modérée” ou “radicale”).

“Droite” et “gauche” au sein de la classe dominante sont réduites à une simple opposition entre la bourgeoisie bureaucratique d’un côté, et la bourgeoisie compradore (plus les grands propriétaires terriens) de l’autre. Ceci est extrêmement réducteur et simpliste, et conduit les MLM latino-américains à des analyses erronées des situations ou à des “positions de principe” déconnectées du mouvement réel des masses. Ils se privent, finalement, d’exploiter et de tirer profit des contradictions de la classe dominante.

Il y a dans tout un courant du MLM une tendance à “l’économie politique déterministe”, à rechercher une “froide” base matérielle, un “type” de capitalisme derrière chaque courant politique de la bourgeoisie. Ceci échoue généralement à “rendre” toute la complexité du réel. Ce courant de pensée s’exprime, par exemple, dans l’entité “France”, par l’idée qu’il y aurait une “bourgeoisie industrielle” derrière les courants “atlantistes” de la politicaille bourgeoise, et une bourgeoisie “financière” derrière les courants plutôt “souverainistes”, anti-américains de la même… Mais Lénine nous enseigne pourtant, dès 1916, que depuis la fin du 19e siècle (probablement les années 1860 du Second Empire en France) l’impérialisme, stade suprême du capitalisme, consiste justement en la fusion du capital industriel et du capital bancaire en un capital financier qui constitue les monopoles.
Ne serait-il donc pas plus simple (et moins anti-léniniste) de considérer qu’il n’y a en France qu’un seul Grand Capital monopoliste, mais que :
1°/ il y a des monopolistes dont la base d’accumulation est intimement liée à de bonnes et “loyales” relations avec l’impérialisme US, et qui sont “fondamentalement atlantistes” ; généralement dans le cadre d’un partenariat ouest-européen solide, mais parfois dans un grand euro-scepticisme (De Villiers) ;
2°/ il y a des monopolistes dont la base d’accumulation est profondément en contradiction avec la superpuissance impérialiste US, et qui sont “fondamentalement atlantophobes” ; là encore, certains peuvent être pour une “Europe forte” face aux US (Chirac, Villepin), d’autres pour le “cavalier seul”, “l’indépendance” et la “grandeur de la France” restaurées (Dupont-Aignan, et bien sûr le FN) ;
3°/ ces courants sont eux-mêmes traversés par le clivage entre droite et “gauche” bourgeoise, c’est à dire (pour la faire courte) entre réactionnaires assumés (politique du bâton) et “modérés” voire “réformistes” (qui pensent qu’il faut user de la carotte vis-à-vis de la “vile multitude”). Ainsi divisé en quatre, l'”échiquier” politique bourgeois rejoint dans la superstructure, le “ciel des idées” si l’on peut dire, les “quatre traditions” issues de la révolution bourgeoise française : bonapartistes et orléanistes (droite) ; jacobins et girondins (gauche). Vous les aurez bien sûr reconnus : les “bonapartistes” sont les “gaullistes”, partagés entre “Europe forte” et “cavalier seul”, mais plutôt hostiles à l’hégémonie US ; les “orléanistes” sont les giscardo-balladuro-sarkozystes, plutôt atlantophiles et “reagano-thatchériens” ; les “jacobins” sont les “républicains” et “souverainistes” de gauche ; les girondins, les sociaux-libéraux européistes et non-hostiles à un Washington “bleu” (démocrate).
4°/ MAIS, entre ces 4 “pôles”, la grande majorité du Capital monopoliste n’est “fondamentalement” rien du tout, et “tend” majoritairement vers l’un ou l’autre “pôle” en fonction de la situation objective, nationale et mondiale (besoin de carotte ou besoin de bâton ; besoin de contenir le géant US ou besoin de son alliance contre une autre menace…). Se décide, ainsi, de la majorité parlementaire, du gouvernement et de ses orientations…

Le fascisme, lui, “mixe” un peu tout ça, pouvant dire tout et son contraire ; “jacobin” face aux aspirations libérationistes des peuples et “provincialiste” girondin devant la “France des mille terroirs” (contre la “gauche intello mondialiste parisienne”), “gaulliste social” (bonapartiste) devant les travailleurs et “reagano-thatchérien” devant les patrons de PME : il n’est pas une idéologie cohérente, mais une forme de gouvernement (dictature terroriste ouverte en lieu et place de la “démocratie” libérale bourgeoise). Il survient quand la bourgeoisie estime majoritairement qu’elle n’a pas d’autre solution.

Pour revenir à notre sujet, l’Amérique latine, quelle est la situation ? Comme dans tous les pays dominés, la situation est semi-coloniale semi-féodale – bien que toutefois, l’aspect semi-féodal ait beaucoup reculé ces 30 dernières années, au profit de l’agro-business.

On peut dire que les pays dominés sont marqués par trois contradictions fondamentales :

-> la contradiction fondamentale du capitalisme : Capital/Travail, caractère social de la production contre appropriation privée (capitaliste) de la richesse produite (et propriété privée des moyens de production, à la base).

-> la contradiction fondamentale de la féodalité, entre propriété utile du producteur sur ses moyens de production et sa production elle-même, et propriété éminente de l’autorité féodale : c’est l’oppression des grands propriétaires terriens sur les petits paysans (qui “louent”, finalement, la terre) ; mais aussi la tendance des “caciques” et autres potentats locaux à “rançonner” les producteurs (paysans ou petits entrepreneurs), le clientélisme etc.

-> enfin, il y a une contradiction spécifique : celle entre le caractère national de la production et le caractère impérialiste (étranger) de l’appropriation d’une grande partie de la richesse produite.

Il y a ainsi une classe dominante qu’on peut séparer en trois branches :

-> la bourgeoisie compradore, qui est l’intermédiaire privé des monopoles impérialistes,

-> la bourgeoisie bureaucratique, c’est à dire les individus qui prospèrent au sein de l’appareil d’Etat, l’administration, l’Armée ; et sont dans un sens l’intermédiaire public de l’impérialisme,

-> enfin, la grande propriété terrienne : terratenientes, gamonales, latifundistes, hacenderos… Elle tend à évoluer vers l’agro-business (“salarisation” des paysan-ne-s exploité-e-s).

Il est évident que ces trois branches ne vont pas sans frictions entre elles… Mais voilà : les MLM du continent sud-américain identifient complètement la “gauche”, en tout cas le réformisme bourgeois, avec la bourgeoisie bureaucratique. La contradiction se résumerait à l’opposition de celle-ci aux compradores et aux propriétaires terriens.

Il n’est bien sûr pas interdit, ni complètement idiot, de déceler des “colonnes vertébrales” de classe derrière les camps politiques bourgeois. Dans l’État “France”, on sait bien que la “colonne vertébrale” idéologique et électorale de la “gauche” (PS et alliés) est la bourgeoisie d’État (les fameux “énarques” et autres hauts-fonctionnaires, les magistrats, ou encore les milieux universitaires, de la recherche etc.) entraînant derrière elle le salariat public (fonctionnaires et entreprises à capital étatique). C’est tout à fait normal : nonobstant un certain étatisme et dirigisme bonaparto-gaulliste, c’est historiquement la social-démocratie qui est favorable à un “État fort”, “régulateur”, représentant “l’intérêt général”, dirigiste vis-à-vis de l’économie. Il est donc normal que la bourgeoisie d’État et le salariat public s’y retrouvent politiquement (ce qui ne les empêche pas d’avoir souvent des conceptions totalement réacs sur les autres questions !). En Amérique latine, il n’y a pas de raison qu’il en soit autrement, surtout que la culture jacobino-bonapartiste française y est très vive, en concurrence avec la culture politique anglo-saxonne. Si le réformisme bourgeois implique de nombreuses nationalisations “patriotiques”, un État fort et dirigiste “contre la domination étrangère” ; si le leader, issu de l’Armée, entend bien sûr chouchouter celle-ci, il est logique que toutes ces forces bourgeoises bureaucratiques se retrouvent derrière ce réformisme.

 

Mais les MLM sud-américains font complètement l’impasse sur ce qui fonde principalement le clivage droite/gauche dans une classe dominante. Ils font complètement l’impasse sur l’aspect purement politique, superstructurel des contradictions au sein de la bourgeoisie.

Le clivage droite/gauche dans une classe dominante repose principalement sur deux choses :

1°/ La bourgeoisie influence idéologiquement (ce n’est pas un scoop…) le prolétariat et les classes populaires (on peut même dire qu’elle les aliène totalement) ; mais l’inverse est également vrai. Pour Gramsci, la “muraille de classe” n’est pas infranchissable, par aucune idéologie. La bourgeoisie, la classe dominante, peut donc voir certains de ses éléments influencés par la pensée propre aux classes laborieuses, surtout si celle-ci est “arriérée”, non-révolutionnaire (mais réformiste, ultra-démocratique). Évidemment, les gens de classe aisée adhérant totalement à l’idéologie révolutionnaire du prolétariat, et y consacrant leur vie (comme le Che), sont très rares. Mais, abstraction faite de l’avant-garde révolutionnaire (armée d’une théorie scientifique), les masses travailleuses sont spontanément réformistes. Cela, des bourgeois peuvent très bien l’accueillir et y adhérer.

2°/ L’autre facteur, intimement lié au premier, c’est la question de comment la bourgeoisie essaye de préserver sa position. C’est la question de la carotte ou du bâton. Pour les partisans du bâton, quand se lève une contestation, il suffit de l’écraser, de la réprimer. Inconvénient : si l’on n’écrase pas la contestation “sur le coup”, on décuple sa rage et sa force… D’autres sont donc partisans de “lâcher du lest” sur certaines revendications des exploité-e-s/opprimé-e-s, afin de faire taire la contestation tout en conservant confortablement leur position de classe. La base matérielle de ces deux camps ? C’est, tout simplement, la situation concrète (générale comme de chacun-e-s). En réalité, les réformistes et les réactionnaires (ou carrément les fascistes, partisans de la dictature terroriste ouverte) “de conviction” sont, tous réunis, une minorité de la classe dominante (ceux qui “font de la politique”, notamment). La grande masse des autres va se déterminer en fonction des circonstances : a-t-on (que ce soit individuellement ou en général) quelque chose (au moins !) à concéder, ou pas ? Là est notamment le distinguo entre période de “croissance” (d’accumulation) et période de crise. Et puis, lorsqu’il y a mouvement de masse, contestation, lutte de classe ouverte : quel est le rapport de force ? Peut-on écraser le mouvement “comme une mouche” ? Vaut-il mieux l’amadouer avec des réformes ? Ou alors, même les réformes ne serviraient à rien et il faut envisager la guerre civile ? [Le fascisme pourrait être qualifié de “guerre civile préventive” combinant savamment mobilisation populiste-réactionnaire, mesures sociales et répression féroce : il n’existe pas vraiment d’idéologie fasciste, le fascisme est avant tout une forme de gouvernement – définie par Dimitrov : dictature terroriste ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier (ou de leurs “chiens de garde” dans les pays dominés)].

 

En élargissant encore les choses, on peut dire que le capitalisme, même s’il devient toujours plus un frein au développement des forces productives, les développe quand même (exemple : pendant les “Trente glorieuses”). Ce développement des forces productives élève le niveau de la “conscience sociale”, des conceptions et des aspirations des masses, de l’idée (en gros) qu’elles se font (spontanément) d’une “bonne” société. Pour maintenir sa position sociale et son mode de production, la bourgeoisie doit s’adapter. Elle doit mettre la superstructure (système juridique écrit et non-écrit des relations sociales, depuis la Constitution jusqu’aux “usages sociaux” non-écrits) en adéquation, au niveau de ces forces productives et de la conscience de masse engendrée.

Dans un sens, donc, on peut dire aussi que la “gauche” bourgeoise, le réformisme ou “progressisme” bourgeois, ce sont les bourgeois “plus avancés” (pour une multitude de raisons matérielles individuelles) dans la compréhension de cette nécessité d’adapter l’organisation sociale. Les “réacs” sont ceux qui ne vont pas vouloir bousculer leurs habitudes et leur vision du monde ; ou alors, ceux qui pensent qu’en “donnant la main”, on va “leur prendre le bras”.

Bien sûr, tout cela se déroule au milieu de grands mouvements de masse. Typiquement, comme l’a déjà expliqué SLP dans l’article “Sur le processus révolutionnaire“, il y a deux sortes de “situation révolutionnaire” : 1°/ quand l’organisation sociale est archaïque par rapport au niveau des forces productives et à la “conscience collective” engendrée, ET 2°/ quand, après une période d’accumulation capitaliste et d’élévation constante du niveau de vie, la crise fait s’effondrer celui-ci. Parfois, évidemment, les deux facteurs se combinent (puisque l’accumulation capitaliste, précédant la crise, développe les forces productives et la conscience collective qui va avec). C’est ce qui s’est produit pour la “dernière vague” de “réformismes” en Amérique latine, durement touchée par la “crise asiatique” de 1997 (qui s’est propagée à tous les “pays émergents” comme le Brésil, l’Argentine, le Chili, le Mexique, et de là à tout le continent) : l’archaïsme de l’organisation sociale et l’effondrement du niveau de vie se sont combinés.

A cela s’ajoute, dans les pays dominés, une “particularité” : c’est (on l’a dit) la contradiction entre caractère national de la production et caractère impérialiste de l’appropriation de la richesse produite ; et l’existence d’une bourgeoisie nationale. C’est à dire une bourgeoisie qui, tout en vivant de la force de travail du pays, ne sert pas d’intermédiaire à l’appropriation impérialiste de la richesse (ou le fait, mais avec dégoût, comme le prolétaire va offrir chaque jour sa force de travail au patron ; et souhaite mettre fin à cette situation). On y rattache les intellectuels à son service (et non au service des intermédiaires de l’impérialisme). Cette classe produit une idéologie qu’on pourrait qualifier de “révolutionnaire bourgeoise patriotique”. Cette idéologie, pas plus qu’une autre, ne s’arrête aux “frontières” de classe : elle influence bien sûr (énormément) le prolétariat et la paysannerie pauvre, “semi-prolétaire” ; mais elle arrive aussi aux oreilles de la frange “moderne” de l’oligarchie dominante. Celle-ci l’accueille d’autant mieux, que cette idéologie ne s’intéresse pas (ou peu) à la contradiction Capital/Travail, tout juste éventuellement à la question de la terre pour les paysans (si l’on prend la terre comme moyen de production, donc capital) ; et qu’elle-même a ses ‘petites’ frictions avec les impérialistes étrangers dont elle est l’intermédiaire. C’est, d’ailleurs, dans cette bourgeoisie nationale au sens large (intellectuels comme Correa ou Garcia Linera, paysans moyens comme Evo Morales, militaires de moyen rang comme Chavez) que le “gauche” dominante recrute les forces et les dirigeants politiques du “changement”, chargés de mettre en œuvre les réformes modernisatrices. La “gauche” que nous observons en Amérique latine depuis la toute fin du siècle dernier est donc un “mélange” de ce “patriotisme progressiste” bourgeois-national, et des “modernes” des trois branches de la classe dominante. Ceci n’est comparable à rien d’existant dans les pays impérialistes (ni la moyenne bourgeoisie, ni la petite, ni la “classe moyenne intellectuelle”), puisque n’y existe pas de contradiction entre production nationale et appropriation impérialiste étrangère.

Tout ce qui précède éclaire, donc, ce qu’est la “gauche” en Amérique latine.

En réalité, plus que de bourgeoisie bureaucratique, ou “nationale” comme le proclameront des courants “maoïsants” tels que le PCR d’Argentine, l’émergence de ces “gauches” ou de ces “national-progressismes” est plutôt liée à l’émergence de nouvelles couches bourgeoises, qui peuvent être aussi bien bureaucratiques que nationales, compradores ou agraires, dans les différents cycles d’accumulation qu’a connu le continent. On peut distinguer 3 vagues :

-> La vague des années 1930 à 50 [avant elle, il y a déjà eu des “révolutions libérales” en Équateur (1895-1912) et au Mexique (1910-29), la “révolution radicale” en Argentine (1890-1916) etc.] est liée au grand développement capitaliste du continent dans la première moitié du 20e siècle, notamment en restant à l’écart des deux guerres mondiales (et en devenant le grenier et l’atelier de l’Europe pendant celles-ci). Elle est incarnée par le justicialisme de Perón en Argentine (1946-1955), le gétulisme (Getulio Vargas) au Brésil qui domine toute la période de 1930 à 1955, ou encore le MNR en Bolivie, qui s’appuiera sur un grand mouvement populaire pour arriver au pouvoir en 1952. On peut aussi citer l’APRA au Pérou. Toutes ces forces ont la caractéristique d’avoir des dirigeants plutôt grands bourgeois. Ce sont des idéologies populistes, nationalistes, souvent fascinées (au début en tout cas) par les régimes fascistes européens (souvent l’Italie, mais parfois aussi l’Allemagne nazie) ; et absolument pétries de contradictions. Ces contradictions sont symbolisées de manière maximale par le suicide (en 1954) de Vargas, revenu au pouvoir en 1951 sur une ligne plus “social-démocrate”. Entre 1930 et 1945, son “État nouveau” était ouvertement inspiré du fascisme européen, avant de se retourner en 1942 et d’entrer en guerre aux côtés des Alliés. Perón, lui, sera renversé après 10 ans de pouvoir par la frange national-catholique conservatrice de l’oligarchie. Le MNR bolivien, après avoir trahi les aspirations populaires de la “Révolution” de 1952, sera renversé par un coup d’Etat en 1964 (il reviendra aux affaires dans les années 1980-2003, mais comme emblème du “néo-libéralisme” ; c’est aujourd’hui le parti le plus détesté du pays).

Dans un contexte de mouvement communiste fort (la révolution soviétique battant son plein), ces forces bourgeoises “modernistes” sont également profondément anticommunistes. Le contexte est également un contexte de mutation entre la traditionnelle (issue du 19e siècle) domination britannique (“pénétrant” plutôt par la côte Atlantique : Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay), et la nouvelle tutelle totale de l’impérialisme US (“pénétrant” plutôt par le Pacifique et la région Caraïbe). D’ailleurs, la seule véritable manifestation de la “guerre impérialiste mondiale de 30 ans” (1914-1945), sur le continent, fut la Guerre du Chaco entre Bolivie et Paraguay (1932-35), opposant en réalité monopoles pétroliers US (Bolivie) et britanniques (Paraguay). Les vétérans de cette guerre sont d’ailleurs à l’origine du MNR en Bolivie.

Certes, on l’a dit, ces courants “populistes”, “justicialistes” et autres “nationalistes révolutionnaires” affichaient des sympathies marquées pour l’Axe nazi-fasciste… Mais ces sympathies étaient aussi celles de tout un Capital monopoliste US, bien évidemment le plus anti-européen, le plus en concurrence avec les monopoles anglais et français (la droite isolationniste, anticommuniste et pro-nazie de Ford, Lindbergh, Hearst etc.). Bien sûr, une fois la mainmise américaine totalement installée, les “populistes” seront dégagés par des coups d’État militaires conservateurs. Dans cette situation complexe, les PC cèderont souvent au browderisme, c’est à dire à l’alliance avec l’impérialisme US “démocratique”, “allié de l’URSS” et “vainqueur du nazi-fascisme”, contre les “populistes”. C’est la “grande catastrophe historique” du marxisme-léninisme latino-américain. La seule grande figure communiste de cette époque est Mariategui (mais il est mort en 1930…).

-> La deuxième vague est celle des caudillos militaires “de gauche” des années 70 : les “figures de proue” sont ici essentiellement des hauts gradés de l’Armée. Ce sont les généraux Velasco Alvarado au Pérou (1968-75), contre lequel se construira le PCP maoïste de Gonzalo, Juan José Torres en Bolivie (1970-71, rapidement renversé par le fasciste Banzer), Omar Torrijos au Panama (1968-81) ou encore les “nassériens” d’Équateur sous la conduite de Guillermo Rodriguez Lara (1972-76). En “version civile”, il y a évidemment Allende au Chili (1970-73) et le “retour” du couple Perón en Argentine (1973-76). Il y a bien sûr eu un certain développement capitaliste dans les années 1950-60 ; mais cette vague est surtout liée à la concurrence continentale entre l’impérialisme US et le social-impérialisme soviétique, appuyé sur Cuba. Elle est liée, soit à la volonté des soviétiques d’imposer des dirigeants pro-soviétiques, mais en même temps non-communistes et réformistes, antirévolutionnaires (afin que, sans mobilisation de masse, ceux-ci soient complètement à la botte de Moscou), soit au contraire à une volonté de “non-alignement”, d’échapper à la “logique des blocs”, d’une partie de la classe dominante locale (Argentine de Perón, Panama de Torrijos). Là encore, les PC alignés sur l’URSS sombrèrent complètement, soit dans l’appui aveugle au réformisme pour être ensuite laminés par la contre-offensive d’ultra-droite pro-US (Chili, Bolivie), soit dans l’opposition (à nouveau) au “populisme” allant jusqu’au soutien… au coup d’État (PC d’Argentine). De leur côté, les autres forces (pro-chinoises, trotskistes, “guévaristes” etc.) du mouvement révolutionnaire ne surent pas dépasser les limites de leur conception du monde, et subirent elles aussi durement les dictatures réactionnaires terroristes de la contre-offensive US (Plan Condor).

-> Enfin, la troisième vague est directement issue du “néo-libéralisme”, grande offensive mais aussi modernisation capitaliste entraînant une profonde mutation des sociétés (très forte urbanisation de la population notamment, fort recul de la féodalité dans les campagnes – au profit de l’agro-capitalisme – etc.). A ce “néo-libéralisme” a succédé une grande crise économique à partir de 1997 (“crise asiatique”). C’est la vague des Chavez, Morales et Correa qu’on ne présente plus, ou, en version “modérée”, “social-libérale”, Lula au Brésil, les Kirchner en Argentine, le Frente Amplio en Uruguay, Fernando Lugo au Paraguay etc. “Bourgeois nationaux”, ils arrivent au pouvoir après de grandes explosions sociales (Bolivie, Équateur, Argentine) ou des périodes de grande agitation (Brésil avec les Sans-terres, décennie suivant le Caracazo au Venezuela).

 

A chaque fois (avec le bémol évoqué pour les années 70), l’analyse la plus probablement juste de la situation est l’émergence de couches nouvelles dans toutes les élites sociales (armée de métier, administration et secteur public, capitalisme compradore intermédiaire entre la richesse nationale et les monopoles impérialistes, capitalisme à base d’accumulation nationale, production agricole, milieux intellectuels) ; couches nouvelles aspirant à une “modernisation” ou un “changement”, autrement dit à la mise à niveau (de l’organisation sociale) avec les forces productives. Mais bien sûr, en aucun cas, à une révolution (propriété des moyens de production par les travailleurs eux-mêmes, organisés sous la direction du Parti du prolétariat). Dans ce sens de mise à niveau de l’organisation sociale avec les forces productives, on peut parler de réformistes, si l’on s’enlève de l’esprit l’analogie entre un réformiste et un social-démocrate d’Europe du Nord…
Il faut souligner, car c’est souvent oublié, que quand la droite réactionnaire mène sa contre-offensive (militaire ou “civile”), elle ne revient pas (ou peu) sur cette mise à niveau : elle “ramène l’ordre”, écrase l’agitation “radicale” et/ou révolutionnaire, mais ne revient pas en arrière sur les “modernisations”.

Face à cela, on l’a dit, les forces communistes n’ont pas vraiment brillé par leur analyse concrète de la situation concrète, hormis le Parti communiste du Pérou (mais non sans erreurs gauchistes). La réalité, c’est que dans ces situations tout est une question de rapport de force, et surtout de force idéologique, c’est à dire de justesse de la conception du monde et de l’analyse concrète de la situation et de ses potentialités, base de l’hégémonie culturelle. D’un côté, il y a le prolétariat et ses (généralement multiples) organisations communistes. De l’autre, il y a la classe dominante, en l’occurrence divisée entre une droite conservatrice ou réactionnaire et une “gauche” modernisatrice. Au milieu, il y a toutes les forces intermédiaires (paysans, petits et moyens bourgeois nationaux, travailleurs intellectuels), potentiellement progressistes (celles qui ne sont pas aliénées politiquement par la classe dominante).

A partir de là, SOIT les communistes (avec un Parti ayant une conception correcte du monde et de la situation) jouent des contradictions de la classe dominante (exprimées par l’existence de ces “réformistes-modernistes”) et en profitent, pour se renforcer quantitativement et surtout qualitativement, et gagner les forces intermédiaires ; SOIT c’est la “gauche”, les “modernistes-réformistes” de la classe dominante, qui gagnent les forces intermédiaires et jouent sur les contradictions des communistes, pour faire triompher parmi eux des conceptions gravement erronées qui les conduisent au fiasco. Cela n’a nul besoin d’un plan concerté et “pensé” de la classe dominante : c’est automatique si aucune organisation communiste n’analyse correctement la situation concrète. Alors, les unes se jetteront dans les bras des “modernistes”, des “réformistes”, et seront balayées par la contre-offensive réactionnaire (communistes chiliens en 1973) ou entraînées dans la dérive vers la droite des “réformistes” eux-mêmes (actuellement PC révisionnistes de Bolivie, Équateur etc.) ; les autres, faisant des “réformistes” l’ennemi principal, s’allieront de fait avec les forces réactionnaires “dures” (PC argentin contre Perón, MPD actuellement en Équateur ou “Bandera Roja” au Venezuela en 2002 – tous deux “albanais”) ; ou encore s’isoleront dans le sectarisme et finalement l’inaction, sans aucune base de masse, etc.

Globalement, si l’on synthétise les attitudes vis-à-vis des “régimes de gauche” actuels :
-> les “révisio-soviétiques” (liés à l’URSS jusqu’en 1991) soutiennent globalement les “processus de changement”, “avec des critiques” mais bien maigres… Ils sont SUIVISTES vis-à-vis du mouvement de masse qui a engendré ces gouvernements (en poussant la classe dominante à mettre l’organisation sociale au niveau de la conscience de masse). Ils ne travaillent pas à le porter à un niveau supérieur, révolutionnaire (ni de nouvelle démocratie, ni “populaire anti-impérialiste” : rien du tout). Ils sont rejoints sur ce positionnement par les trotskistes de type “Alan Woods” (Tendance Marxiste Internationale) et “Secrétariat Unifié” (comme notre ex-LCR) ; les représentants brésiliens de ce dernier siégeaient même au gouvernement de Lula, au début.
-> les “albanais” sont plutôt dans l’opposition frontale, quitte a faire quasi sciemment le jeu de la droite réactionnaire. Le cas le plus édifiant est “Bandera Roja” au Venezuela (exclue pour cela de l’Internationale “albanaise”), mais il y a eu aussi l’attitude du MPD/PCMLE lors du soulèvement policier (fomenté par la droite de Gutiérrez) contre Correa en Équateur. Ils sont plus ou moins rejoints sur cette position par les trotskistes de type moréniste (courant très fort sur le continent).
-> les “vieux maos” (issus de l’anti-révisionnisme prochinois, scissions des PC révisionnistes à la fin des années 60) rejoignent, globalement, la position des “soviétiques”… Le PCR d’Argentine soutient “critiquement” Chavez et ses alliés de l’ALBA. En revanche, il est plutôt en pointe dans la dénonciation du “système K” (Kirchner). Tout un paradoxe que l’Argentine, car le Parti de la Libération, ex-PC-ML (sorte de “marxisme-léninisme-guévarisme”, en lien avec le PTB etc.), soutient quant à lui le “système K” ; alors qu’il avait une position plutôt correcte sur le “retour de Perón” (1973-76), véritable “entracte” entre deux dictatures militaires sauvages ; tandis que le PCR avait lui une position complètement foireuse ! Certains vont en revanche beaucoup plus loin : le PC-mlm de Bolivie a des ministres au gouvernement du MAS, et maintient son soutien envers et contre toutes les mesures réactionnaires ; pire, il serait directement impliqué dans la récente arrestation/extradition de 4 militant-e-s maoïstes d’origine péruvienne. Si c’était avéré, on serait alors dans les tréfonds de la social-trahison…

Les MLM du continent, globalement, n’ont jamais versé dans l’une ou l’autre de ces dérives extrêmes. Il faut le dire en toute honnêteté. On compte parmi eux l’UOCmlm, le PCE “Sol Rojo” (Équateur), le PC Populaire d’Argentine, et “dieu” sait combien SLP peut être en désaccord total avec ces organisations : sur le Népal (où le PCE-SR en vient à l’insulte et à la menace contre les “centristes” qui, au lieu d’enterrer le Parti maoïste, s’efforcent d’appuyer sa succession) ; sur les guérillas révisionnistes qui seraient “l’équivalent” de l’État fasciste en Colombie (comment une force mourante pourrait-elle, déjà pour commencer, être l’équivalent d’un fascisme d’État en pleine vigueur ?) ; etc. L’UOCmlm est même d’un atypisme théorique total : ils prônent pour la Colombie la révolution socialiste par la Grève Politique de Masse ! Néanmoins, leur pratique n’a jamais versé dans l’ignoble ou la naïveté totale, et il faut le souligner.
Pour autant, ils ont adopté un “ni-ni” sectaire, dogmatique et finalement stérile, qui les a conduit à s’isoler du mouvement réel. La caractérisation des “bolivarismes” comme “le fascisme latino-américain”, qui serait opposé à une “droite compradore” (?), est complètement à côté de la plaque et impliquerait, logiquement, que ces régimes soient l’ennemi principal. En Bolivie, le FRP-MLM a au moins une caractérisation correcte : “réformisme du MAS” et “fascisme de la Media Luna” (région “basse” du pays, avec pour capitale Santa Cruz). C’est très important du point de vue (Dimitrov) de l’identification correcte du fascisme par les communistes et le prolétariat. Mais il lance un “ni-ni” à un moment (juillet 2008) où la guerre civile réactionnaire menaçait. Était-ce vraiment la meilleure position à adopter ? La meilleure ligne de masse ? N’aurait-il pas mieux valu, même si c’était “pour rien” (la guerre civile n’a finalement pas eu lieu), s’inspirer à ce moment-là de la ligne du PC d’Espagne en 1936 ?

Servir le Peuple a donné sa position sur la question : Retour sur la situation en Amérique du Sud
Sans la prétention d’une analyse parfaite de la situation (la connaissant un peu, mais n’étant pas sur place), la ligne à suivre est posée de manière simple : être toujours DANS LE CAMP DU PEUPLE (le prolétariat, les paysans pauvres, les indigènes, tou-te-s les exploité-e-s et opprimé-e-s), toujours à ses côtés. Prêts à organiser des milices de résistance populaire contre un coup d’État réactionnaire à la Pinochet ; mais tout aussi prêt à riposter à la première mesure antipopulaire et social-traître des réformistes. De cette manière, élever qualitativement le “mouvement social” en mouvement populaire révolutionnaire autour du Parti et de son Front uni ; et être prêts à riposter aussi bien face à une contre-offensive réactionnaire (putschiste ou… par les urnes, ou encore une “révolution colorée”) que face à un pourrissement et un dévoilement réactionnaire ouvert des réformistes. Ceci permettant peut-être, si le travail politique a été suffisant, de transformer cette riposte populaire en Guerre populaire, finissant par instaurer la Nouvelle démocratie.
Il ne suffit pas de clamer “ni-ni, no votar !, Guerre populaire”. La Guerre populaire doit d’abord être conçue, c’est à dire qu’il faut une idée très précise de son contenu, de sa stratégie guidant ses tactiques, dans les conditions concrètes du pays considéré. Ensuite, elle se construit par un lent et patient travail de masse, elle ne se proclame pas, ne s’incante pas, ne se “décrète” pas…

Advertisements