Suite au conflit sino-sovietique des scissions ont eu lieu dans les partis communistes des pays arabes:

1-      Le parti syro-libanais (car c’était un seul parti jusqu’à 1968) a vu la naissance d’un groupe appelé « courant léniniste » 1964 issu du comité central du parti, et d’un groupe d’étudiants dans les établissements français appelé « cercles marxistes-léninistes » 1964-1965… les 2 groupes ont fusionné en 1968 pour former « l’Union des communistes libanais »… qui a éclaté en 1970 suite à la formation de l’organisation d’action communiste OACL dans laquelle il y avait un grand courant maoïste issu du cercle d’études appelé « Liban Socialiste »… Il s’est avéré par la suite que le « courant léniniste » était sous contrôle de la KGB tandis que les cercles ML groupaient des trotskystes et des guevaristes aux cotés des maoïstes…de cette expérience est né le mouvement trotskyste (groupe communiste révolutionnaire) et le groupe maoïste « Union des cellules marxistes-léninistes », tandis que la majeure partie des militants de l’union des communistes a rejoint l’OACL qui est devenue entre 1969 et 1973 la représentante de la nouvelle gauche maoïste…

2-      En 1965 est née l’organisation populaire pour la libération de la Palestine OPLP (à ne pas confondre avec le front populaire FPLP né du mouvement des nationalistes arabes en 1967). Ce groupe implanté dans les camps palestiniens de Syrie-Liban-Jordanie a rejoint le Front Démocratique FDLP de Nayef Hawatmeh en 1969 suite à sa scission du FPLP de Georges Habach.

3-      Vers la même période des militants communistes palestiniens et jordaniens (et quelques médecins égyptiens) ont rejoint le Fath en Jordanie à leur tète Mounir Chafik qui sera la grande figure du maoïsme arabe entre 1969 et 1976…converti ultérieurement à l’islam politique militant, et Mahjoub Omar (médecin égyptien proche collaborateur de Arafat et Abu Jihad).

4-      La guerre populaire en Liban-Palestine a décidé des transformations du courant maoïste vers des positions enracinées dans la réalité des pays arabes… la région Liban-Syrie-Palestine-Jordanie n’a pas connu un courant albanais, car les maoïstes avaient quitté les positions chinoises à partir de 1976 (mort de Mao) sur des bases militantes de terrain et non sur la base des discussions intellectuelles parisiennes (comme les maoïstes tunisiens), et pour devenir une gauche islamique très influente. C’est une expérience à étudier et à réviser à la lumière de la situation arabe actuelle.

5-      Aussi du parti syro-libanais est né en 1965 le « parti de la révolution socialiste » basé surtout en Syrie ou il a continué sous le nom du « parti communiste arabe »…quelques dirigeants du parti de la révolution socialiste ont formé avec des militants de l’ex  « cercles ML » l’Union des cellules ML, devenu représentant officiel de la ligne chinoise (un PCMLF libanais).

6-      En 1975 un des dirigeants de l’union des cellules ML a rejoint le parti révisionniste dévoilant qu’il était infiltré depuis le début, ce qu’un des dirigeants révisionnistes a avoué plus tard (1996).

7-      L’OACL a connu la scission de 3 groupes de maoïstes en 1971 et 1972 et 1973… il ya eu pour quelque temps (1972-1973) un groupe appelé le « noyau du peuple révolutionnaire » à l’image de la GP. Il y a eu aussi un travail très important au niveau des étudiants … mais cette expérience maoïste a rejoint en 1973 les rangs du Fath pour former en 1974-1975 ce qui est devenu le bataillon des étudiants. l’union des cellules ML s’est auto-dissoute, et le parti communiste arabe a cessé d’exister…les militants de ces 2 groupes au Liban ont participé a l’expérience du bataillon et à la transformation du maoïsme combattant vers des positions islamiques arabes, car à partir de 1976 il y a eu une autocritique qui a aboutit à l’adoption d’une ligne « arabe » qui refuse le suivisme, le dogmatisme et  appelle à créer notre propre idéologie de lutte.en 1978 les maoïstes libanais-palestiniens ont soutenu la révolution islamique en Iran (comme Foucault d’ailleurs). L’invasion israélienne du Liban en 1982 puis l’attaque syrienne contre le Fath à tripoli en 1983-1985 a mis fin à cette expérience du bataillon des étudiants. Le leader charismatique Ali Abou Tauq a été liquidé par les syriens au camp de Chatila durant la guerre syrienne contre les camps du Liban 1985-1988. Puis les 3 grands leaders charismatiques restants de ce mouvement (Marwan Kayyali, Abu Hasan et Hamdi)ont été liquidés par les israéliens à chypre en 1988 avec la liquidation en même temps du grand chef palestinien Abu Jihad… les rescapés de cette expérience ont rejoint soit le Fath soit le mouvement du jihad islamique en Palestine, les libanais ont rejoint les rangs de la résistance islamique du hizbollah ou d’autres groupes combattants, une partie est devenue militante dans la « société civile ».

8-      Les Maoïstes Libanais et Palestiniens ont disparu en tant que mouvement indépendant depuis 1978 mais ils ont été à la base de plusieurs initiatives révolutionnaires et combattantes et ils ont une grande expérience qu’ils ont mise au service de leur peuple pour reconstruire leur pays.

Advertisements