Home

What were the problems of the Maoist revolution? Why did it fail?

Leave a comment

Dawn of the Red
If a revolution is not going forward to communism, then it is going backward toward the restoration of the reactionary social order: capitalism. If a revolution does not continually revolutionize culture and power, if it does not continually eliminate inequalities, then those reactionary ideas spread, inequalities solidify, a new r

uling class, a new bourgeoisie arises and reverses the revolution. A new bourgeoisie rose within the organs of power in China because the revolution failed to continue to move forward. It failed to reinvent itself. It failed to stay creative. It stagnated. Unless inequality, privilege and hierarchy are continually reduced, revolutions reverse. Unless revolutions continue to reinvent themselves, stay creative, they perish. Part of this was connected to a return to overemphasis on the role of the productive forces. After the height of the Maoist period, the height of the Cultural Revolution years from 1965 to 1971, the revolution compromised and stagnated. The revisionists returned, in practice, back to the productionism — even though they continued to push Maoist rhetoric. They began tacitly adopting the Theory of Productive Forces again. They began reversing the Maoist gains in domestic policy. They ceased social experiment and ceased mobilizing the masses. They also began moving into the orbit of the imperialists as they began to de-emphasize power struggle and the masses in the 1970s. They began to put narrow Chinese interest above the global proletariat. They began to put nationalism above internationalism. They began to cut deals with the imperialists. In the end, the imperialists had the last laugh.
First Worldism also contributed to the reversal. Like the Soviet revolution, the Maoists never fully broke from the Theory of Productive Forces. They continued to measure socialism against the imperialist countries to an extent. Because they failed to see the true nature of the global class structure, they continued to aspire to surpass the West on the West’s terms. At times, they measured socialism against the imperialist countries because they failed to realize that the First World no longer contained a proletariat. They failed to realize that the West’s continued wealth was wholly dependent on continued imperialism, not on exploitation of Western workers. Thus it created an unattainable bar for socialism in the Third World to match. Thus capitalism became to look attractive to some. In addition, even though they critiqued the police paradigm in some ways, in other ways they never fully broke from it. Their practice lagged. They failed to carry the Cultural Revolution all the way through to the end. They failed to put the most advanced line fully in command of the revolution. Their understanding of the interaction between humans and the environment was inadequate. Their understanding of gender and other forms of oppression lagged. Their vision of communism and their science was not as advanced as the Leading Light’s. There were other errors also. They failed to reinvent the revolution, to continue the forward motion, to push the revolutionary wave forward on the global level as Lin Biao had advocated. They failed to stay creative. We must not repeat their errors.

Support the People`s War in India!

Leave a comment

Support the People`s War in India!

The bosses of world imperialist system carry out an offensive against the peoples of the world. Imperialist wars of aggression as those against Iraq, Afghanistan and Libya, mark the beginning of the century. They prepare the next war against Syria, Iran or any other, because one thing is certain, that they are not going to stop voluntarily. At the same time, they impose on people the consequences of the crisis, especially on the peoples in the oppressed nations, but also in the imperialist countries themselves, the working class is constantly trampled and their fundamental rights are quickly stolen away. In this situation, fascism is not a nebulous threat, but an active force.
At the same time, the imperialists systematically destroy the planet. All this is well known. This shows that imperialism is reaction all along the line, it shows that imperialism is not consistent with the progress of humanity and, indeed, the survival of an ever larger part of the world population. The end of history that the imperialists announced loudly since the nineties, is a hell for the proletariat and peoples of the world. But, more oppression spurs more resistance, and so, from Peru to the Philippines, from the British Islands to China, from Colombia to Kurdistan, from Nigeria to Greece, all around the world, the countries want independence, the nations liberation, and the peoples revolution.
This is the basis for a current that will bury imperialism. The problem is, in many cases, that the struggle against imperialism is limited only to the resistance with no prospect but the mere survival. Therefore, in order to develop this resistance as a powerful wave of antiimperialist and revolutionary struggles, the conscious organized factor is required to be able to lead the consequent struggle to establish the peoples Power. Hence, it is worth the effort to take a look on India.
India, which the ruling classes cynically present as the Shining India and a supposed example of that imperialism brings development, is a heaven for the rich and hell for the people. While the wealth of the 53 richest people in the country is equal to 31% of GDP, the 77% of the population live with an income of less than 20 rupees (approximately 50 Euro cents) a day. Every day 5,000 children die from starvation and malnutrition, that is almost two million child deaths per year. The percentage of hungry people is greater than in Ethiopia.
The agrarian crisis, a direct result of the imperialist policy, causes immense misery to the peasantry and results in a wave of suicides, with hundreds of thousands of desperate peasants who have committed suicide. The greatest democracy in the world, is a country in which the big bourgeoisie and landlords do what they please. A country where the caste system is still fully intact. Where different minorities, different nationalities and peoples are forced to live in a prisonhouse of nations. In order to increase the imperialist exploitation, they established Special Economic Zones, where the socalled transnational companies can operate without limits. Tens of millions of people are forced to become internal refugees, because they are expelled from the land where their ancestors have since thousands of years, so that Capital can steal the raw materials existing there. We could mention many other examples, this might fill all a book, the question is clear: the anti-imperialistic and anti-feudal revolution is a necessity for the vast majority of the people of India.
This revolution is ongoing. Under the leadership of the Communist Party of India (Maoist) a people’s war develops – described by the most important representatives of the ruling classes as the greatest danger for their system. In the countryside there are thousands of organizations of the genuine peoples power. In the Revolutionary People’s Committees, those who for centuries have had nothing have started to construct their own state. They organize with their own forces a society where there is no hunger, where there is education and health, and the land belongs to who tills it. There are no landlords or lackeys of the imperialists. There, the needs of the people are law. There, they live the true democracy, the new democracy of the people. In the cities, the mass organizations are advancing by leaps, in February this year the working class of India has carried out the biggest strike in history of humanity, involving 100 million people, and the ruling classes are terrified by the growing influence of the Maoists. The People’s War stirs the deepest foundations of society.
The ruling classes and their imperialist bosses – how could it be otherwise? – are not sitting quiet with folded arms watching the advance of the revolutionary movement. They act as always and everywhere have done; they seek to drown in blood the struggle of the people.
Specialists in counterinsurgency from U.S. and Israeli Mossad are there to assist on the field the repressive forces.
Paramilitary State forces are fighting daily against the guerrillas – the so-called paramilitaries are militarily organized and armed. The Army and Air Force every time more openly takes part in the fighting. The reactionary state has launched barbaric reactionary campaigns such as: Salwa Judum, “Green Hunt”, among others, and implemented a policy that is comparable to the Nazi campaign against anti-fascist resistance in World War II. They apply systematic murder, torture and disappearances against the revolutionary leaders.
But the people do not summit. The peoples war advances without stopping, with the clear course in direction of seizing Power. This is possible, since the conscious and organized factor, which we have spoken about above, exists and is able to consistently lead the fight to the end. Their struggle is just and it is an internationalist duty to give them our full and unwavering support. The People’s War in India has to merge with the struggle of peoples around the world and be a part of the great revolutionary current that will ultimately defeat imperialism.
The development of a consistent antiimperialist movement in a country of 1.2 billion people will change the balance of forces between imperialism and the oppressed nations, and therefore it would be a great boost for the revolutionary forces around the world. To support this movement does not mean only to fulfill an obligation, but to serve the advancement of our movement in all countries.
It is in this sense that we organize an international conference on 24 November this year in Hamburg. We hope that this conference will be a major boost to the international movement of support to the People’s War in India. Delegations from different countries will participate in it and through this they will bring their experiences and ideas on how to raise this campaign to a higher level. We want a conference that expresses the initiative, the energy and the anti-imperialist and revolutionary will of proletarians, women, youth, immigrants, progressive artists and intellectuals. We do not want it to be only a formal act, but a living expression of proletarian internationalism, so that it may serve to give concrete progresses to the campaign of support. The conference is open to all forces who share this objective. Therefore:
Everybody to the International Conference
in Support of the People’s War in India!
further information:
Bündnis Gegen Imperialistische Aggression indien_hh@yahoo.de
International Committee of support to People`s War in India csgpindia@gmail.com

François Burgat: Adieu Camarades !

Leave a comment

François Burgat :

C’est paradoxalement au moment où, enfin, les peuples sont en situation de prendre leur destin en main, en se dégageant des pesanteurs des autoritarismes nationaux et régionaux, qu’une gauche fossilisée et désorientée, héritière du stalinisme, continue, sur sa lancée, à écrire l’histoire avec des instruments conceptuels directement hérités de la guerre froide.
C’est triste (et cruel) mais c’est comme ça : la force d’inertie intellectuelle d’un pan entier de cette bonne vieille gauche (arabe et européenne) est en train de l’empêcher de prendre un virage historique ! Son aveuglement dans le dossier syrien a plusieurs causes. L’une des toutes premières est une surenchère égoïste et intolérante dans l’appropriation privative du label anti-impérialiste : « Personne d’autre que nous, et surtout pas la génération de l’Islam politique ».
Imperturbablement, nos chers camarades sont en train de sortir de (la route de) l’histoire ! Adieu Camarades !”

سوريا الدرس الاخير .. والسقوط في الامتحان.. / بقلم المناضلة السورية ريما فليحان

Leave a comment

خاص موقع الحزب التقدمي الاشتراكي وجريدة الأنباء

في سوريا لم تعد صباحات اطفالنا كصباحات اقرانهم بالعمر في كل مكان من العالم المتفرج على مآسينا و الذارف على الامنا دموع التماسيح..!!

فبينما يتمتع الاطفال في بلاد الارض بملمس بودرة الاطفال الناعمة على جلودهم الرقيقة بعد حمام ساخن يغطي الرماد وتراب الانقاض ما تبقى من اجساد الصغار في سوريتي..

 وبينما تكون رائحة الحليب والاطعمة اللذيذة  هي كل ما يعلق من تبعات حاسة الشم لدى ذاكرة الاخرين يكون اخر درس شمي في الحياة لكثير من الاطفال الذين قضوا تحت القصف هو رائحة الموت فقط ..

يتفرج العالم على مآسي الشعب السوري ببرودة لا توصف وتسقط السياسة ككل مره في نفق الانحطاط الاخلاقي بعيدا عن الانسانية والاخلاق والمنطق فلعبة المصالح القميئة باتت المعيار لكل تحرك دولي او سياسي لتحول وطني الى ملعب للصراعات الاقليمية و المحورية  والشرق اوسطية ولتكتمل ملامح المؤامرة الحقيقية على الشعب اليتيم

وهذه المرة نتكلم عن المؤامرة الحقيقة التي تحاك على الشعب السوري من اجل اسقاط ثورته وادخاله في حالة من التفكك والضعف لاسباب كثيرة تبدأ بأمن اسرائيل المحمية من النظام طول السنوات الماضية  وهذا يعني ان زوال هذا الحامي سيشكل خطرا عليها ما لم يخلف ذلك بلد ضعيف مفكك بحيث لا يشكل اي قوة في المنطقة الى جانب اسرائيل ولا تنتهي هذه الاسباب بحرف مسار الثورة الى نزاع مذهبي يخدم مصالح المتنازعين من كل الاطراف وليس السوريين بالتأكيد لان تغيير الشكل سيصنع درعا واقيا يمنع اكمال الربيع العربي مسيرته في المنطقه كاملة وليس فقط المنطقة العربية كما وتشمل الاسباب بشكل بديهي اطالة عمر النظام فترة اطول للحصول على اثمان اكبر لتغيير مواقف دول اخرى.. المستقبل سيعلن ان  مؤامرة هؤلاء هي من ستسقط  فثورتنا ولدت من رحم المعاناة الطويلة وأفق الاحلام بالغد المشرق.. وللسوريين ككل البشر الحق الكامل بالحلم ، نعم الحلم المقهور المخنوق بأقبية المخابرات والفساد والمحسوبيات والفقر والاستحواذ على السلطة طوال اربعين عاما الحق بالنمو والتعبير والحق بالوجود على اساس المواطنة وهي المفهوم الغائب طول حكم الأسدين..

 في الشهر الثالث من عام 2011 اكتشف السوريون اهم اكتشاف من بعد الابجدية انه اكتشاف الصوت.. ومن سمع ليس كمن رأى أو احس ..!

 هي لحظة ولادة ثورة الحلم التي شحنت الشعب السوري العريق بإرادة الحياة وكسر القيود والانطلاق نحو الشمس وهذا يوازي مبادئ التعددية والديمقراطية والكرامة والحرية  هي حقائق ادركتها الاظافر المنزوعة والحناجر المقلوعة  وادركناها جميعا كل من نزل الى الشارع  في كل مكان من سوريا انه لحظة اللاعودة  وهي اللحظة التي لم يفهمها النظام ولا مؤيديه حتى الان للاسف …

وهي اللحظة التي جعلت هذا الشعب الجبار يستمر في ثورته طوال عام ونصف بالرغم من القصف والتدمير والحرق والاعتقال وانتزاع الملامح من مدن بلدي..

وبالرغم من ان الاسئلة والاجابات  اصبحت واضحة من خلال هذه الحقيقة ومن خلال انهيار هيكل النظام تدريجيا فان العالم اليوم وبعض السياسيين السوريين يسقطون في الامتحان الاخلاقي والسياسي على المدى الطويل من حيث لا يدرون.. فكابوس الفوضى في المنطقة والذي هدد به النظام بلسان رئيسه الاسد بدأت اولى ملامحه بالتموضع في لبنان والنظام مستعد لتفجير المنطقة بشكل كامل خاصة وانه ملك التفجيرات بكل ما تعنيه هذه الكلمة على المستويين اللفظي والمجازي ..!!

وهذه النظرية يجب ان تعني للغائصين في امتحانات التاريخ والسياسة اليوم ان سقوط هذا النظام بات حاجة ضرورية لأمن كل المنطقة وليس فقط سوريا و لا ننسى هنا ان الخطر من تفكك المجتمع السوري والدخول في حرب اهليه سيزداد منطقية مع طول مدة بقاء النظام وهذا سيرافقه لا قدر الله احتمالات انتشار الارهاب والفكر المتطرف  التي يخشى انها ستصبح حقيقة على الارض وهي الهواجس التي يتحدث عنها المجتمع الدولي طوال الوقت وهو مكتوف اليدين بينما يشاهد بذورها تزرع في الارض السورية على ايد النظام وبعض المستفيدين في تربة ومناخ مناسبين لنموها بشكل سريع ان استمر النظام لفتره اطول من هذا ..

 و بينما ينشغل البعض في حصتهم من الحكومات الافتراضية والنفوذ على الارض ضمن لعبة محاطة بالمال السياسي لانتشار اوسع على الارض في وقت لا مكان فيه الان الا للصمود في وجه الة الحرب الكارثية الموجهة من نظام مجنون على السوريين في كل مكان يعمل الثوار والكثير من السوريين على تقويم الثورة واستمرارها نحو تحقيق هدفها المنشود..

رهاننا اليوم والكاسب منطقيا سيكون على وعي الشعب السوري وارادته المذهلة و على القدرة على خلق تكامل العمل الثوري المدني مع الجيش الحر على الارض في الوصول الى هدفنا نحو سوريا ديمقراطية مدنية وهذا يعني بالضرورة اسقاط النظام المجرم بكل رموزه ومحاسبتهم على جرائمهم التي ارتكبوها بحق الشعب السوري وهذا يعني بالضرورة التنظيم الافضل من حيث القيادة للجيش الحر والتأكيد على الضوابط الاخلاقية على الارض والتي تشبه روح الثورة والايغال في نقد الذات البناء لإصلاح الاخطاء وتجاوزها وهو ما تعمل عليه الان كل الايادي البيضاء في الثورة من اجل حماية اهدافها وعدم انحرافها عن هدفها الاساسي للدخول في صراعات مذهبيه لا تخدم الا مصالح الاخرين بل وتدمر سوريا لسنوات قادمة..

اخيرا…

لم يسجل التاريخ انهزام شعب كامل امام عصابة حاكمة ولن يكون الكون كونا ان لم ينتصر الشعب السوري في ثورته المحقة ضد الاستبداد.. هذه السفينة تغرق وعلى كل الاذكياء من ركابها مغادرتها قبل فوت الاوان…

المعارض السوري برهان غليون في حديث خاص لـجريدة “الأنباء” والموقع الإلكتروني للحزب التقدمي الاشتراكي:

Leave a comment

الحظر الجوي على سوريا بات أمراً ملحاً وإيران لن تكون جزءاً من الحل

حاوره: فوزي ابوذياب، 27 آب/أغسطس 2012

رأى المعارض السوري الدكتور برهان غليون أن موضوع الحظر الجوي عن سوريا مطروح بقوة وبات خياراً ملحاً. غليون وفي حديث خاص لـ”الأنباء” والموقع الالكتروني رفض مشاركة ايران في أي حل ساسي في سوريا، وطالب المجتمع الدولي بتحمل مسؤولياته في إغاثة الشعب السوري الذي يتعرض للتهجير والقتل، ولم يستبعد استخدام السلاح الكيماوي ضد الشعب السوري مطالباً الادارة الاميركية باتخاذ الاجراءات اللازمة لمنع هذا الخطر وعدم انتظار استخدامه، وهنا نص الحوار:

بعد اجتماعكم الأخير في باريس مع الرئيس هولاند، كثر الحديث عن إعلان الحظر الجوي على النظام السوري ما حقيقة ذلك؟

– فكرة الحظر الجوي مطروحة بشكل جدي من قبل بعض الدول ومنها فرنسا التي تقوم بإجراء مشاورات حثيثة وضرورية مع شركائها خاصة تركيا، وهذا الأمر مطروح بقوة، ولكن لم يحدد بعد تاريخ الإعلان عن هذه الخطوة التي باتت ضرورية ولا يمكن احتمال تأخيرها.

وماذا عن موضوع تشكيل الحكومة الإنتقالية؟

– بالنسبة للحكومة لا نرى ضرورة ملحة حالياً للدخول في مناقشات من هذا النوع ونحن أمام معركة كبيرة جداً، علينا تأمين وسائل خوضها والانتصار فيها، قبل الدخول في الحكومة حيث تجري مشاورات بطيئة ومشاورات مستمرة من أجل الخروج بصيغة مفيدة وتوافقية ترضي جميع السوريين، لكن لا شيء مستعجل وعلينا ألا نضع في تصورنا أن قائمة بالأسماء ستصدر قريباً.

إقترحتم تشكيل مجلس حكماء للبحث في هذه المسألة، كيف ذلك؟

–          هذه الفكرة لا زالت تدرس بهدوء وقريباً سيصدر تصور كامل لهذا المقترح مع صيغة فعلية نطمح لها وبأسرع وقت، لأنه بات من الضروري وجود مركزية وطنية تضم الجميع ومتوافق عليها من كافة الأطراف والأطياف المشكلة للمجتمع السوري.

أنتم على اتصال دائم بالمقاتلين داخل سوريا، كيف يمكن أن تصف لنا الواقع العسكري الميداني الحالي في المدن السورية؟

– لا زالت قوات الجيش الحر منتشرة في كافة المواقع في المدن والقرى والأحياء التي كانت فيها، لكنها تعاني من هجمة شرسة أعلن عنها النظام منذ فترة، وسربت أخبارها إلى الإعلام، تقول بأنه ينبغي العمل بدون تردد على قصف المدن والأحياء والدساكر، وحرقها وتدميرها لإعطاء انطباع للناس بأن هذا النظام يستطيع أن يذهب في العنف إلى أبعد الحدود وهو ما حصل بالفعل، الجيش الحر والشعب السوري يعانيان من سياسة القصف المستمر للأحياء والمدن وتهجير السكان بشكل أساسي.

المشكلة ليست بالجيش الحر، الجيش الحر لا زال ثابتاً في مواقعه يقاتل على الأرض، المشكلة أن القصف بالمدفعية والصواريخ والطائرات الحربية يدفعون السكان والأهالي إلى الخروج والهجرة، وهذا ولد مأساة ومحنة إنسانية للشعب السوري.

هناك جنون حقيقي ينتاب النظام، جنون العنف الذي لم يسبق له مثيل بوجه أهم ثورة في العصر الحديث.

ولكن لماذا التعامل الدولي مع هذه المأساة بطيئاً؟

– ما حصل يوم السبت في 25 آب والذي أسميناه السبت الأسود، حيث سقط بمدينة داريا في ريف دمشق 340 شهيداً بينهم أطفال ونساء، إضافة إلى ما سقط في باقي المدن السورية حيث وصل عدد الضحايا إلى 440 شهيداً، لذلك ما يحصل في سوريا اليوم هو وصمة عار على جبين ما يسمى المجتمع الدولي الذي لا يزال متردداً في تقديم العون لهذا الشعب، حتى بالسلاح فما بالك بالتدخل العسكري الذي يوقف آلة القتل ويكسر ذراع القتلة.

أعتقد أن هذا الشيء يؤكد أن الشعب السوري خذل ليس فقط من قبل الدول العربية إنما أيضاً من المجتمع الدولي وخاصة الدول الغربية الحرة.

نهاية الشهر الجاري سيعقد مجلس الأمن جلسة خاصة لبحث الأزمة الإنسانية في سوريا، ماذا ستقدم هذه الجلسة برأيكم؟

– نأمل أن تتمكن هذه الجلسة من إصدار القرارات اللازمة لتحميل المجتمع الدوري مسؤوليته تجاه عملية الإغاثة  الإنسانية ودعم الدول التي تأوي اللاجئين السوريين، كما تؤمن عملية الإغاثة داخل سورية، وليس هناك أي أمل في شيء آخر على المستوى السياسي طالما أن روسيا والصين وبعض الدول لا تزال مؤيدة بالعمق للنظام السوري وتظهر العداء للشعب السوري، لأنه لليوم الذي ما زال يتصرف فيه الروس والإيرانيين بهذا الشكل، فهم أعداء للشعب السوري.

أعلنت إيران أنها ستطلق مبادرة لحل الأزمة السورية أمام قمة دول عدم الانحياز ما رأيكم في ذلك؟

– الشيء الوحيد المطلوب من إيران أن تعمل عليه هو أن تنسحب من سوريا، وأن تسحب قواتها وضباطها وخبرائها العسكريين من سوريا، وأن تتوقف عن تقديم السلاح للنظام السوري.

إيران جزء من المشكلة وليست طرفاً محايداً، فهي معادية للشعب السوري ولا يمكن أن تكون جزءاً من الحل، ومن المستحيل أن تطرح أي حل يمكن أن يكون له معنى، وأن يكون يحترم مصالح الشعب السوري، إذا أرادت إيران أن تحترم مصالح الشعب السوري وهذا مضمون أي حل ينبغي أن يكون، عليها أولاً أن تطلب من بشار الأسد أن يوقف القتل الذي يتصاعد كل يوم إلى حد غير مسبوق.

الرئيس المصري محمد مرسي هو من أقترح في قمة الدول الإسلامية أن تكون إيران جزءاً من حل الأزمة السورية؟

– لم أفهم بالحقيقة ما طرحه الرئيس المصري، لأنه أخذ المبادرة الإيرانية وتبناها، ولم يتحدث عن تفاصيل أي مبادرة جديدة سوى ما كان الإيرانيون قد صرحوا به، وربما قصد الرئيس المصري في هذا التبني فتح أبواب الحوار بين مصر وإيران، لكني أعتقد أن تبني المبادرة الإيرانية أو اعتبار إيران جزءاً من الحل في سوريا، لن يكون له قيمة وليس له معنى وهو أمر غير مقبول.

على مصر أن تقوم بدور مختلف كلياً عن ذلك، مصر دولة شقيقة للشعب السوري، ويجب أن تدخل بشكل مباشر في البحث عن آليات الدفاع عن الشعب السوري وضمان حقوقه الأساسية، حقوقه السياسية وحقوقه الإنسانية التي تنتهك يومياً على يد نظام بشار الأسد وبدعم معلن من إيران.

كيف قرأتم موقف الرئيس أوباما الأخير والذي حذر فيه النظام السوري من استخدام السلاح الكيميائي لديه؟

-هذا كلام إعلامي لأنه إذا كان هناك خطر حقيقي من احتمال أن يستخدم النظام السوري الأسلحة النوعي لديه وأنا لا أستبعد ذلك، وكثير من الخبراء العسكريين لا يستبعدون ذلك، فعلى الرئيس الأميركي وعلى الإدارة الأميركية أن تتخذ الإجراءات اللازمة منذ الآن لوقف هذا الخطر ولا ننتظر حتى يستخدم النظام السوري السلاح الكيماوي ضد شعبه، لذلك أضع موقف الرئيس الأميركي من باب الدعاية والمنافسة السياسية، فالإدارة الأميركية لا تزال مقصرة تقصيراً كبيراً بحق الشعب السوري.

ما هو سبب هذا التقصير؟ هل صحيح أن الحل في سوريا مؤجل الى ما بعد الانتخابات  الرئاسية الأميركية؟

– الحل في سوريا ستحسمه الثورة السورية، سواء أجل الأميركيون أم لم يؤجل، لكن بالتأكيد هناك حسابات الانتخابات الرئاسية، هذه الحسابات تفسر بعض غموض السياسة الأميركية، ولكن هذا ليس بمبرر كاف لتفسير العجز والتردد والتقصير وتكثيف الأيدي أمام الجرائم اللا إنسانية التي تحصل يومياً في المدن والقرى السورية، هذه سياسة سياسة مدانة وينبغي إعادة النظر فيها من قبل حكومة الولايات المتحدة الأميركية.

Fanon, l’intempestif

Leave a comment

Publié par Le Bougnoulosophe

On a fêté en 2011 le cinquantième anniversaire de la mort de Frantz Fanon. Ses trente-six années de vie furent une traversée, intense et fulgurante, du siècle. Pour le dire avec Césaire : « Vie courte mais extraordinaire, illuminant une des plus atroces tragédies du 20e siècle et illustrant de manière exemplaire la condition humaine elle-même, la condition de l’homme moderne. » [1]

On le sait, les commémorations sentent la naphtaline. Elles incarnent à la fois la mort et la trahison. Elles sont la meilleure manière d’en finir avec une personnalité qui dérange, une pensée qui gêne. Une fois que la réduction à une catégorie dépassée – le tiers-mondisme par exemple – n’agit plus, une fois que la conspiration du silence – « Frantz Fanon, mais qui c’est ? » – a fait son temps et démontré son inefficacité manifeste, il reste l’hommage. C’est de loin la meilleure et la plus intelligente façon de conjurer cette pensée….
Eh bien, n’en déplaise, l’objet Fanon, œuvre et homme, pensée et chair, par sa singularité, ne supporte ni le silence, ni la réduction ni les hymnes ; il n’est jamais là où on l’attend, il ne rentre pas dans une case définie, ne supporte pas les étiquettes et ne passe pas inaperçu. En un mot, il est intempestif. C’est-à-dire qu’il agit « d’une façon inactuelle, donc contre le temps, et par là même sur le temps, en faveur d’un temps à venir » (Nietzsche [2]). Autrement dit, si Fanon et sa pensée déroutaient hier et déroutent aujourd’hui, ils dérouteront encore demain, qu’on se le dise…

Frantz Fanon, une vie

Né le 25 juillet 1925 en Martinique, dans une famille de la petite bourgeoisie « de couleur », Frantz Fanon fréquente le lycée Schœlcher où il a comme professeur Aimé Césaire. En 1943, à 18 ans, il rejoint les Forces françaises libres en métropole — il combattra notamment lors de la bataille d’Alsace, où il sera blessé et décoré de la Croix de guerre. La Martinique est alors sous le contrôle de l’Amiral Robert, un haut-commissaire autoritaire rallié à Vichy.

En 1946, il poursuit des études de médecine et de philosophie à Lyon. Il propose Peau noire, masques blancs comme thèse, mais elle est refusée. En novembre 1953, Frantz Fanon est nommé médecin-chef à l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville en Algérie. Il en démissionne avec fracas à la fin de 1956. Expulsé d’Algérie en janvier1957, il gagne Tunis. Fanon rompt définitivement avec la France et se met au service du FLN, dont il devient le porte-parole, avant d’être nommé ambassadeur du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), à Accra (Ghana)[3].

Rédacteur au journal officiel de la Révolution algérienne, El Moudjahid, il échappe à plusieurs attentats, attribués notamment à La main rouge [4]. Fin 1960, Fanon apprend qu’il est atteint de leucémie depuis quelques mois.

En juillet 1961, il remet à François Maspero un manuscrit dicté en moins de trois mois et intitulé : Damnés de la terre qui sera lui aussi interdit lors de sa diffusion en 1961, pour « atteinte à la sécurité du territoire» cette fois-ci. Frantz Fanon décède le 6 décembre 1961, à l’âge de 36 ans. Il est enterré clandestinement en terre algérienne au cimetière des Chouahada de Aïn Kerma, selon sa volonté.

La réception de son œuvre entre interprétations et réductions

Ce fut la France qui utilisa avec le plus de persévérance la stratégie du silence. Si elle opposa le silence à l’oeuvre de Fanon, Damnés de la terre ne passa toutefois pas inaperçu. Le livre a suscité des réactions contrastées, et l’on ne peut pas dire qu’elles aient été mues par les meilleures intentions. Par exemple, en mars 1962, on pouvait lire un compte rendu de Gilbert Comte dans la Nation Française, intitulé sobrement : « Un Mein Kampf de la décolonisation. » Très vite, toutefois, l’œuvre de Fanon a été recouverte d’amnésie et de cette chape de plomb qui caractérise le traitement de la guerre d’indépendance algérienne en France.

L’ironie présida au retour en visibilité de l’œuvre de Fanon en France. Elle fut le fait, d’une part, d’un détour par le monde anglo-saxon et, d’autre part, d’une « réappropriation autodidacte des jeunes générations issues de l’immigration [5]».

Pour ce qui est du détour, l’intérêt pour Fanon aux États-Unis a été constant. Il se fit en deux temps et sous deux formes. L’une militante, l’autre théorique. Dès la fin des années 60, Fanon sera perçu par les Noirs américains comme un théoricien majeur de la lutte contre la ségrégation raciale, que ce soit par les mouvements pour les droits civiques ou les mouvements révolutionnaires afro-américains, tels que les Black Panthers, pour qui les Damnés de la terre était la Bible noire.

La seconde phase correspond au tournant postcolonial dans le champ intellectuel anglo-saxon des années 80. Et il est vrai que « le Fanon « postcolonial » est, à bien des égards, « une image inversée du Fanon ‘ révolutionnaire’ des années 1960» [6]. Les tenants les plus importants de ce courant, Edward Saïd, Homi K. Bhabha, soucieux de décentrement cognitif et de questionnements autour des identités, faisaient de l’œuvre de Fanon une référence majeure, et tout particulièrement de Peau noire, masques blancs, relu à l’aune de la French theory, à savoir Foucault, Lacan, Derrida, Deleuze…

La réappropriation de l’œuvre de Fanon par les jeunes descendants de colonisés se fit de manière insolite et buissonnière. Les jeunes générations postcoloniales découvrirent Frantz Fanon à la suite de la lecture d’auteurs noirs américains, auxquels elles pouvaient s’identifier et auxquels il fut associé : Malcolm X, James Baldwin, Angela Davis, Eldridge Cleaver… C’est notamment le cas du « Rap de fils d’immigrés » [7] (La Rumeur, Casey, MAP-ZEP etc.). Et c’est là qu’on peut mesurer les conséquences du naufrage, des errements et des manquements de la gauche française. Aujourd’hui encore, il n’est pas concevable d’inclure Fanon dans un programme d’enseignement scolaire français.

Il est deux autres lieux, emblématiques, où la réception de l’œuvre de Fanon a relevé également de la stratégie d’occultation, sous un mode particulier, teinté d’opacité et de mauvaise conscience. Il s’agit de l’Algérie et de la Martinique. Pour l’Algérie, c’est peu dire qu’elle n’a pas été à la hauteur. Que reste-t-il de celui qu’on considérait de l’extérieur, pour de bonnes ou mauvaises raisons, comme le théoricien de la Révolution algérienne ? Un hôpital de Blida, une avenue d’Alger et un lycée de Bab-El-Oued portent son nom.
C’est non seulement un peu court, mais pour le moins révélateur. Cela met en lumière deux aspects de l’histoire contemporaine algérienne. D’une part, le nationalisme algérien, apparu dans les années ’30, s’est défini comme « arabo-musulman ». Et dans ce creuset, Fanon ne pouvait apparaître que comme un trouble-fête. D’autre part, la Révolution algérienne, malgré, ou du fait, des divisions internes du FLN, s’est toujours présentée idéologiquement comme une révolution sans visage (« un seul héros, le peuple »). Aussi comment être le théoricien de cette révolution-là ?

Pour la Martinique, si les hommages ne manquent pas (avenue, centre culturel, forum, lycée…) dans différentes communes (Fort-de-France, Le Lamentin, La Trinité), la figure de Fanon a une présence fantomatique, imprégnée de mauvaise conscience. On y reconnaît la figure du traître. Fanon, c’est celui qui a trahi la Martinique (et donc la France), et c’est celui qu’on a trahi. En réalité, Fanon ne s’inscrit pas dans l’histoire officielle de l’Île, celle de l’« Impératrice Joséphine » et de Victor Schœlcher, soit une histoire essentiellement écrite par la France métropolitaine. Sa trajectoire prend place dans une contre-histoire, une histoire clandestine, qui se lit en creux, occultée elle aussi, celle des nègres marron [8], qui reste à narrer. Cette contre histoire s’ébauche aujourd’hui sous la plume de romanciers tels Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant. Frantz Fanon fut l’héritier d’une vielle et obscure filiation. Il fut le nègre marron dont l’île imaginaire avait la taille du tiers-monde ; si trahison il y a, c’est là qu’elle réside…

La stratégie de la « réduction », quant à elle, fut de loin la plus employée. On peut lire l’histoire de la réception de la pensée fanonienne comme un ensemble de réductions successives. Elle a été tour à tour une pensée tiers-mondiste, « psychologisante », par le biais de la fameuse préface de Sartre des Damnés de la Terre, une apologie véhémente de la violence purificatrice, panafricaniste, racialiste, culturaliste, marxisante…

Cette stratégie a servi deux objectifs. D’une part, embrigader, instrumentaliser cette pensée qui pourtant était complexe et vivante, afin de défendre sa cause, de conforter sa paroisse ; ce fut le fait le plus souvent des militants en tous genres. D’autre part, réifier et donc affaiblir cette pensée. Elle en atténua de ce fait les effets et la portée, au plus grand bonheur des ennemis de Fanon. Bref, derrière cette esthétique du contre-sens, il s’agissait, quelle qu’en soit la raison, de travestir et au final de trahir la pensée fanonienne.

« Ô mon corps, fais de moi toujours un homme qui interroge »

Car rien n’était plus éloigné de Fanon que les certitudes et l’absence de doute. Le caractère intempestif de sa pensée, c’était précisément la faculté de penser contre son temps et ses assignations naturelles. Car à bien y regarder, Fanon ne fut jamais un membre parfaitement intégré dans un corps collectif déjà constitué. Comment définir Fanon, qui fut-il : un « Antillais », un « Français », un « Algérien » », un « Panafricain », un « Noir »… ? Si, en définitive, il décida d’adopter la nationalité algérienne, avant qu’elle n’existe, et exprima le souhait d’être enterré en Algérie, ce fut une forme de reterritorialisation qui était le fruit d’un choix, d’un volontarisme politique.

Ce caractère intempestif et ses conséquences éclairent d’un jour nouveau les fondements de la pensée fanonienne. Celle-ci repose sur une certaine conception du vivant, elle se présente comme une praxis de l’émancipation et de la liberté, elle entretient un rapport aigu au réel, elle s’inscrit dans une dialectique de la totalité et elle porte un intérêt fondamental au devenir et à l’histoire.

Elle est, tout d’abord, une pensée sous le signe du vivant et du mouvant. Ainsi, Fanon a une sainte horreur de la rigidité, de l’ankylose, de la pétrification et du substantialisme :
« J’appelle société bourgeoise toute société qui se sclérose dans des formes déterminées, interdisant toute évolution, toute marche, tout progrès, toute découverte. J’appelle société bourgeoise une société close où il ne fait pas bon vivre, où l’air est pourri, les idées et les gens en putréfaction. Et je crois qu’un homme qui prend position contre cette mort est en un sens un révolutionnaire… [9] »

Elle est ensuite une pensée qui vise à la libération et l’émancipation, notamment en fournissant des outils de lutte, des armes (d’où le « Guerrier-silex » cher à Césaire), une pensée qui libère du fardeau de la race et se débarrasse du devenir-chose, mais sans une once de ressentiment : « L’occupant ne comprend plus. La fin du racisme commence avec une soudaine incompréhension. La culture spasmée et rigide de l’occupant, libérée s’ouvre enfin à la culture du peuple devenu réellement frère. Les deux cultures peuvent s’affronter, s’enrichir. [10]» « Oui à la vie. Oui à l’amour. Oui à la générosité. Mais l’homme est aussi un non. Non au mépris de l’homme. Non à l’indignité de l’homme. À l’exploitation de l’homme. Au meurtre de ce qu’il y a de plus humain dans l’homme : la liberté. [11]»

Elle est également une pensée féconde qui permet un surcroît de lucidité, qui ne redoute pas de mettre le doigt là où ça fait mal, une pensée qui développe une imagination visionnaire, laquelle n’a pas fini de nous étonner : « Le peuple, qui au début de la lutte avait adopté le manichéisme primitif du colon : les Blancs et les Noirs, les Arabes et les Roumis, s’aperçoit en cours de route qu’il arrive à des Noirs d’être plus Blancs que les Blancs et que l’éventualité d’un drapeau national, la possibilité d’une nation indépendante n’entraîne pas automatiquement certaines couches de la population à renoncer à leurs privilèges ou à leurs intérêts. Le peuple s’aperçoit que certains indigènes ne perdent pas le nord mais bien au contraire, semblent profiter de la guerre pour renforcer leur situation matérielle et leur puissance naissante. Les Indigènes trafiquent et réalisent de véritables profits au dépend du peuple qui, comme toujours, se sacrifie sans restrictions et arrose de son sang le sol national. Le militant qui fait face, avec des moyens rudimentaires, à la machine colonialiste se rend compte que dans le même temps où il démolit l’oppression coloniale il contribue par la bande à la mise en place d’un autre appareil d’exploitation. Cette découverte est désagréable, pénible et révoltante. Tout était simple pourtant, d’un côté, les mauvais, de l’autre les bons. À la clarté idyllique et irréelle du début, se substitue une pénombre qui disloque la conscience. Le peuple découvre que le phénomène inique de l’exploitation peut présenter une apparence noire ou arabe. Il crie à la trahison, mais il faut corriger ce cri. La trahison n’est pas nationale, c’est une trahison sociale. Il faut apprendre au peuple à crier au voleur… [12]».

Elle est par ailleurs une pensée qui vise à l’unité dialectique, une pensée qui cherche à en finir avec le « schème colonial du double », en associant le discours à l’action, le fond à la forme, une pensée coup de poing, au sens prodigieux de la formule, où le verbe se fait performatif. : « Peut-être partiras-tu, mais dis-moi, quand on te demandera : « Que se passe-t-il en Algérie ? » Que répondras-tu ? Quand tes frères te demanderont : qu’est-il arrivé en Algérie ? Que leur répondras-tu ? Plus précisément quand on voudra comprendre pourquoi tu as quitté ce pays, comment feras-tu pour éteindre cette honte que déjà tu traînes ?Cette honte de n’avoir pas compris, de n’avoir pas voulu comprendre ce qui autour de toi s’est passé tous les jours. Huit ans durant tu fus dans ce pays. Et pas un morceau de cette énorme plaie qui t’ait empêché ! Et pas un morceau de cette énorme plaie qui t’ait obligé ! De te découvrir enfin tel. Inquiet de l’Homme mais singulièrement pas de l’Arabe. Soucieux, angoissé, tenaillé. Mais en plein champ, ton immersion dans la même boue, dans la même lèpre. Car pas un Européen qui ne se révolte, ne s’indigne, ne s’alarme de tout, sauf du sort fait à l’Arabe. Arabes inaperçus. Arabes ignorés. Arabes passés sous silence. Arabes subtilisés, dissimulés. Arabes quotidiennement niés, transformés en décor saharien. Et toi mêlé à ceux : Qui n’ont jamais serré la main à un Arabe. Jamais bu le café. Jamais parlé du temps qu’il fait à un Arabe. À tes côtés les Arabes. Écartés les Arabes. Sans effort rejetés les Arabes. Confinés les Arabes. Ville indigène écrasée. Ville d’indigènes endormis. Il n’arrive jamais rien chez les Arabes. Toute cette lèpre sur ton corps. Tu partiras. Mais toutes ces questions, ces questions sans réponse. Le silence conjugué de 800 000 Français, ce silence ignorant, ce silence innocent. Et 9 000 000 d’hommes sous ce linceul de silence… [13]»

Enfin, elle est une pensée du devenir et du surgissement, une pensée qui fait le pari de l’éclosion d’un sujet humain inédit, sujet capable de restaurer les conditions authentiques de communication et de réciprocité entre les hommes : « Quand je cherche l’homme dans la technique et dans le style européens, je vois une succession de négations de l’homme, une avalanche de meurtres. La condition humaine, les projets de l’homme, la collaboration entre les hommes pour des tâches qui augmentent la totalité de l’homme sont des problèmes neufs qui exigent de véritables inventions. Décidons de ne pas imiter l’Europe et bandons nos muscles et nos cerveaux dans une direction nouvelle. Tâchons d’inventer l’homme total que l’Europe a été incapable de faire triompher. […] Aujourd’hui, nous assistons à une stase de l’Europe. Fuyons, camarades, ce mouvement immobile où la dialectique, petit à petit, s’est muée en logique de l’équilibre. Reprenons la question de l’homme. Reprenons la question de la réalité cérébrale, de la masse cérébrale de toute l’humanité dont il faut multiplier les connexions, diversifier les réseaux et réhumaniser les messages. [14]» Célébration ou non, Fanon a bel et bien agi en faveur d’un temps à venir. Intensité dans la vie, tranchant dans l’action et affranchissement dans la pensée ; non, le « Guerrier-silex [15]» n’a pas besoin de statue pour nous survivre.

Oui, Fanon l’intempestif, le « penseur du devenir illimité », nous survivra…

Notes
[1] La citation en ouverture de ce texte est extraite de « La révolte de Frantz Fanon », par Aimé Césaire, Jeune Afrique, 13-19 décembre 1961
[2] Nietzsche, préface à la deuxième édition des Considérations inactuelles
[3] GPRA
[4] La Main rouge
[5] Achille Mbembe, L’universalité de Frantz Fanon, Préface à Frantz Fanon Œuvres, Paris, La Découverte, 2011, p.17.
[6] David Macey, Frantz Fanon, une vie, La Découverte, Paris, 2011.p.49.
[7] Rap de fils d’immigrés
[8] Marronnage
[9] Frantz Fanon, Œuvres, La Découverte, Paris, 2011, p.246.
[10] Frantz Fanon, ibid, p. 726.
[11] Frantz Fanon, ibid, pp. 242-243.
[12] Frantz Fanon, ibid., pp.536-537.
[13] Frantz Fanon, ibid., pp.729-730.
[14] Frantz Fanon, ibid., p .675.
[15] Aimé Césaire, « Par tous mots Guerrier-silex », Moi, laminaire…, Gallimard, Paris, 1982.

Révolutions:Petite leçon d’histoire de France pour éditocrates révisionnistes

Leave a comment

par Faysal Riad
16 août 2012

http://lmsi.net/Revolutions

Le refrain est connu : la démocratie n’est pas souhaitable pour certains peuples. L’exemple tarte à la crème : la révolution iranienne ! Alors peut-on se réjouir ou doit-on s’inquiéter de ce qui se passe en Tunisie, en Égypte, au Yemen, en Libye, en Syrie ? Je n’ergoterai pas sur le rôle des islamistes ici ou là ou sur les « dérives » possibles et imaginables dans tel ou tel pays. Je ne me demanderai pas quel rôle pourrait jouer Tariq Ramadan, son frère, son grand-père ou les disciples du fils de son arrière grand-père. Je ne me propose pas non plus de faire un cours sur les différences conceptuelles entre révolte et révolution. Non, tout en exprimant moi aussi mon immense joie de voir des peuples se débarrasser de tyrans sanguinaires, je ne peux m’empêcher de me rendre compte que les grincheux qui parlent un peu partout dans les médias semblent complètement oublier leur propre histoire.

La France a-t-elle toujours été une République ? Aux différents moments décisifs où le peuple français a difficilement arraché ses droits (que jamais aucun dominant n’a consenti à offrir gracieusement, éclairé par je ne sais quelles « Lumières »), pouvait-on aussi, inspiré par ces sentiments qui prédominent chez nos éditocrates face aux événements qui se déroulent au Maghreb et au Moyen-Orient, trouver des raisons de s’inquiéter ? Même si Tariq Ramadan ne sévissait pas encore en 1848, les raisons ne manquaient pas du côté des défenseurs de l’ordre établi : « Classes dangereuses » disait-on.

Loin de vouloir recycler les poncifs sur les manières dont certains progressistes peuvent « jouer le jeu » ou « faire le lit » de groupes plus ou moins bien intentionnés, sans méconnaître non plus (ni exagérer) les possibles rapports de cause à effets entre différents événements qui ont pu se succéder, sans enfin ignorer la complexité des études historiques mettant en perspective plusieurs dimensions d’une période, nous voudrions, à la manière d’un Alexandre Adler, jouer à ce petit jeu consistant à mettre en lumière certains aspects précis d’événements incontestablement décisifs afin d’en orienter l’interprétation.

Qu’est-ce que 1789 ?

L’abolition des privilèges, la prise de la Bastille, la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen… Mais les Révolutionnaires de 89 n’ont-ils pas « fait le lit » des “Terroristes” de 1793 ? N’ont-ils pas « fait le jeu » de Napoléon Bonaparte ? Ont-ils bien fait, du coup, de se révolter ?

Qu’est-ce que 1848 ?

L’abolition de l’esclavage, le suffrage « universel » (sans les femmes, soit dit en passant), qui a élu… le neveu de Napoléon 1er ! Louis-Napoléon Bonaparte qui, refusant de rendre le pouvoir à la fin de son mandat, fit ce fameux coup d’État à la suite duquel Victor Hugo dut s’exiler. Dix-huit années d’empire !

Alors ? Les Français ont-ils eu tort de renverser leur Roi ? Les pauvres de Paris, soumis pendant la monarchie de Juillet à des conditions de vie intolérables, ont-ils, en se révoltant, « fait le lit » du dictateur ? Au moment même où Républicains, Socialistes et Féministes commencèrent à s’organiser sérieusement en vue d’arracher très lentement des droits dont nous pouvons jouir aujourd’hui (et ce dans le cadre de luttes ayant presque continuellement buté sur la résistance quasi structurelle des dominants), nombreux furent les commentateurs conservateurs qui pouvaient insinuer que les morts de juin 48 résultaient des révoltes de Février. Alors ? Était-il préférable de ne pas abolir l’esclavage ?

1870 ?

Le 4 Septembre, la République est proclamée pour la troisième fois, et le suffrage « universel » (toujours sans les femmes), l’année suivante, amène au pouvoir une majorité monarchiste avec, à la tête de l’État, le tristement célèbre Adolphe Thiers, qui n’avait, me semble-t-il, rien à envier aux fondamentalistes les plus sanguinaires. Qu’est-ce à dire ? Ne fallait-il pas réagir au siège des Prussiens ? Ne fallait-il pas former comme l’ont fait les Républicains (alors minoritaires), un gouvernement de “Défense nationale” ?

Si c’est en effet la proclamation de la République (due à des partisans de la poursuite du combat) et le suffrage universel indirect qui ont débouché sur le triomphe d’un monarchiste sanguinaire, n’aurait-il pas mieux valu – afin d’éviter tous ces massacres – être un peu plus conciliants avec les Prussiens, auxquels nous aurions peut-être dû laisser le choix du régime le plus approprié ? Et décidément, ce suffrage universel ! À deux reprises, qui amène-t-il au pouvoir ? Des ennemis de la République !

Les libertés fondamentales et l’État de droit ont dû être très chèrement payés en France. La faute à qui ? À ceux, minoritaires au moins jusqu’aux élections de 1879, qui les réclamaient légitimement, ou à ceux dont les intérêts poussaient à réprimer durement toute protestation ? Et les différents combats qui ont permis de conquérir ces libertés fondamentales, ne sont-ils pas des moments heureux dont doit se féliciter tout bon citoyen, tout ami sincère du genre humain ? Quant aux événements fâcheux qui peuvent éventuellement succéder ou accompagner ces moments de libération joyeuse, doit-on les reprocher à ceux qui aujourd’hui ne supportent plus leurs conditions de vie, ou aux autres qui peut-être, viendront ensuite perpétrer, en complicité avec d’autres dominants, des actes contre-révolutionnaires ?

Etc

Je pourrais jouer longtemps à ce petit jeu. 1830, par exemple ? Remplacement d’un Roi par son cousin… et début de la conquête de l’Algérie !

La conclusion serait toujours la même :

Conservons toujours l’ordre établi, ne changeons rien.

Qui peut bien avoir intérêt à de telles idées ? Qui peut au contraire en souffrir ?

Si l’humanité avait suivi de tels principes, en se focalisant, à chaque étape décisive de l’émancipation des peuples, sur des dérives toujours possibles, et en interprétant systématiquement chaque événement dans un sens qui ne prend en compte que les intérêts d’une seule partie de la société, nous serions encore, aujourd’hui, sous l’Ancien Régime.

La question est donc : pourquoi nos experts et éditocrates s’inquiètent-ils aujourd’hui de ce qui se passe chez les Arabes ? Ignorent-ils leur propre histoire, ou sont-ils tout simplement incapables de considérer les Arabes et les Musulmans comme leurs semblables ? Est-ce l’émancipation humaine et ses risques qui les effraie – ou bien l’émancipation de certains humains bien précis ?

Ou bien les deux ?

P.-S.

Après avoir écrit ces lignes, et tombant sur un opportun rappel du Bougnoulosophe, je réalise qu’elles sont certainement, en grande partie, inspirées par le souvenir inconscient que j’avais de ces paroles de Gilles Deleuze, qu’on peut entendre dans son Abécédaire – à la lettre R, comme révolution :

« Les Nouveaux Philosophes ont découvert que les révolutions tournaient mal … Faut vraiment être un peu débile. Ils ont découvert ça avec Staline. Ensuite, la voie était ouverte. Tout le monde a découvert, par exemple, à propos de la révolution algérienne : “Tiens… Elle a mal tourné parce qu’ils ont tiré sur les étudiants”. Mais enfin, qui a jamais cru qu’une révolution tournait bien ? Qui ? On dit : “Voyez les Anglais, au moins ils s’épargnent de faire des révolutions.” C’est absolument faux ! Actuellement, on vit dans une telle mystification… Les Anglais, ils ont fait une révolution, ils ont tué leur roi. Et qu’est-ce qu’ils ont eu ? Cromwell… Et le romantisme anglais, c’est quoi ? C’est une longue méditation sur l’échec de la révolution. Ils n’ont pas attendu Glucksmann pour réfléchir sur l’échec de la révolution stalinienne. Ils l’avaient.

Et les Américains ? On ne parle jamais d’eux, mais les Américains ont raté leur révolution au moins autant, sinon pire, que les Bolcheviques. Faut pas charrier… Les Américains, même avant la guerre d’Indépendance, ils se présentent comme… mieux qu’une nouvelle nation. Ils ont dépassé les nations, exactement comme Marx le dira du prolétaire. Ils ont dépassé les nations : les nations, c’est fini, ils amènent le nouveau peuple. Ils font la vraie révolution. Et, exactement comme les marxistes compteront sur la prolétarisation universelle, les américains comptent sur l’émigration universelle. C’est les deux faces de la lutte des classes. C’est absolument révolutionnaire. C’est l’Amérique de Jefferson, c’est l’Amérique de Thoreau, et c’est l’Amérique de Melville… Tout ça, c’est une Amérique complètement révolutionnaire qui annonce le nouvel homme, exactement comme la révolution bolchevique annonçait le nouvel homme. Bon, elle a foiré. Toutes les révolutions foirent. Tout le monde le sait : on fait semblant de le redécouvrir, là. Faut être débile !

Alors, là-dessus, tout le monde s’engouffre. C’est le révisionnisme actuel : il y a Furet qui découvre que la révolution française, c’était pas si bien que ça. Très bien, d’accord : elle a foiré aussi, et tout le monde le sait ! La révolution française, elle a donné Napoléon. On fait des découvertes qui, au moins, ne sont pas très émouvantes par leur nouveauté. La révolution anglaise, elle a donné Cromwell… La révolution américaine, elle a donné quoi ? Elle a donné Reagan. Ça ne me parait pas tellement plus fameux.

Alors, qu’est-ce que ça veut dire ? On est dans un tel état de confusion… Que les révolutions échouent, que les révolutions tournent mal, ça n’a jamais empêché, ça n’a jamais fait que les gens ne deviennent pas révolutionnaires ! On mélange deux choses absolument différentes : d’une part, les situations dans lesquelles la seule issue pour l’homme c’est de devenir révolutionnaire, et d’autre part, l’Avenir de la Révolution. Les historiens, ils nous parlent de l’Avenir de la révolution, l’Avenir des révolutions. Mais ce n’est pas du tout la question ! Alors, ils peuvent toujours remonter aussi haut pour montrer que si l’Avenir a été mauvais, c’est que le mauvais était déjà là depuis le début, mais le problème concret, c’est : comment et pourquoi les gens deviennent-ils révolutionnaires. Et ça, heureusement, les historiens ne l’empêcheront pas.

C’est évident que les Africains du Sud, ils sont pris dans un devenir révolutionnaire. Les Palestiniens, ils sont pris dans un devenir révolutionnaire. Si on me dit après : “Vous verrez, quand ils auront triomphé… Si leur révolution réussit, ça va mal tourner !”… D’abord, ce sera pas les mêmes. Ce ne seront pas du tout les mêmes genres de problèmes. Et puis, bon : ça créera une nouvelle situation, à nouveau il y aura des devenirs révolutionnaires qui se déclencheront… L’affaire des hommes, dans les situations de tyrannie, d’oppression, c’est effectivement le devenir révolutionnaire, parce qu’il n’y a pas d’autre chose à faire. Quand on nous dit après “Ah, ça tourne mal”, on ne parle pas de la même chose. C’est comme si on parlait deux langues tout à fait différentes : l’Avenir de l’histoire et le devenir actuel des gens, ce n’est pas la même chose. »

 

The Rohingya “Palestinians Asia”

Leave a comment

August 12, 2012, by filistina

http://revolutionaryfrontlines.wordpress.com/2012/08/18/the-rohingya-palestinians-asia/

The 2012 presidential election: In the midst of economic hard times, hope is in the people’s struggles, change is in the streets.

Leave a comment

By Freedom Road Socialist Organization.fight back

http://www.frso.org/about/statements/2012/frso-election-2012-statement.html

Solidarity, Not Identity: A 21st Century Politics of Decolonization

Leave a comment

Posted by onehundredflowers on August 15, 2012

This was originally posted on escalatingidentity.

http://kasamaproject.org/2012/08/15/solidarity-not-identity-a-21st-century-politics-of-decolonization/#more-40407

Older Entries Newer Entries

%d bloggers like this: