Par Servir le peuple

Nous ne pensons pas qu’il existe de véritable opportunisme liquidateur dans le maoïsme international ; sinon une espèce d’olympiade sportive mondiale de s’en accuser mutuellement.
Il existe des PENCHANTS. Le sisonisme philippin a un PENCHANT vers l’opportunisme de droite, le pragmatisme/réalisme, avec parfois des relents postmodernes ou de libéralisme envers le postmo.
Le gonzalisme a un penchant vers le dogmatisme paralytique qui a l’insigne mérite de pratiquement interdire de se tromper, de quasi systématiquement pouvoir “l’avoir bien dit” quand ça part en vrille, mais qui interdit aussi à notre sens dans la plupart des cas toute ligne de masse, toute réelle action ; sauf au Brésil où il a un background et ne part pas de rien ; mais ailleurs il n’avance pas vraiment, même dans des pays proches du Pérou.
D’autres ont des penchants mouvementistes sans réel fond politique, sous un “village Potemkine” spectaculaire : le maoïsme occidental, notamment, est fait de villages Potemkine, voilà le mot. C’est beau, mais quand on toque un peu dessus, toc toc, c’est creux. Il n’y a pas de contenu.
Certes, dire que l’opportunisme liquidateur n’existe pas implique de ne prendre en compte que le TKP/ML légitime et non les usurpateurs liquidateurs rojavistes qui eux le sont vraiment, encore que certains pourraient en revenir (devant la voie de garage évidente que représente de se mettre à la remorque du PKK et du HDP). Mais bref.
Il y a une tendance générale qui est de considérer que poser les principes universels de la “3e et supérieure étape” du marxisme se suffit à soi-même, et à ne pas développer une PENSÉE pour empoigner réellement le glaive de la révolution dans chaque pays et les conditions qui lui sont propres.
Lorsqu’il s’agit de copier-coller ce qui s’est fait au Pérou dans des pays assez similaires, comme au Brésil, ça peut fonctionner… Mais pas systématiquement, y compris dans des pays encore plus proches comme l’Équateur. Au demeurant ni le Pérou, ni le reste de l’Amérique latine actuels ne sont le Pérou des années 1970, c’est un problème et l’a peut-être déjà été au Pérou lui-même dans les années 1990.
D’autres mouvements importants (Inde, Philippines, Turquie et Kurdistan du Nord) capitalisent sur ce qui a été “pensé” à leurs débuts, dans les années 1960 ou 70.
[Nous avions déjà évoqué cette question il y a quelques mois : pour-en-finir-avec-histoires-controverse-amerique-du-sud-vs-philippines ; comme quoi le problème est moins qu’il y ait des “déviations” plaçant telles ou telles organisations hors du MLM, qu’une prétention à définir et imposer comme “voie” universelle des schémas de pensée qui, de fait, sont adaptés et “marchent” dans tel ou tel pays.]
Ailleurs, nous ne voyons pas vraiment un groupe qui ait réellement “pensé” son pays.
À l’heure actuelle, le fait est que beaucoup plus d’énergie est dépensée en controverses, à se traiter mutuellement de révisionnistes ou de dogmatiques qu’à se consacrer chacun dans son pays à cette tâche, sans même parler de passer sérieusement à l’action.
Il est peut-être intéressant de relever que la plus “grande”, pas seulement quantitativement mais qualitativement, Guerre populaire maoïste en cours actuellement est celle d’Inde… Et que les maoïstes de ce pays sont assez peu présents sur internet et dans toutes ces polémiques.
********************
En principe le révisionnisme est une menace parce qu’en offrant une voie militante plus facile et accessible, il présente rapidement un caractère de masse au détriment des vrais communistes qui offrent un chemin plus difficile, risqué et tortueux.
Si l’on part de ce principe… franchement le prachandisme (hors Népal), l’avakianisme (partout), c’est quoi la menace ? Personne n’en a rien à foutre ; presque personne, dans les masses, n’en a même entendu parler. Le MLM vision Sison, si on le tient pour révisionniste, à peine plus (hors Philippines)… Au Brésil, l’orga dissidente sisonienne a fait un flop ; elle s’est avérée incapable de menacer en quoi que ce soit un mouvement maoïste gonzaliste implanté depuis des décennies.
À un moment donné, il faudrait arrêter les fixettes. Si le gonzalisme a des limites elles sont d’abord internes, bieeeen avant l'”influence néfaste” de quelque autre courant.
Les gonzalistes qui peuvent se targuer d’un certain succès, comme les Brésiliens, devraient réellement moins se préoccuper de ça que du fait que les autres gonzalistes internationaux le soient authentiquement. Développent une Pensée Guide pour faire la révolution dans leurs pays respectifs, par exemple. Et que le cas échéant, cette Pensée Guide ne soit pas complétement réactionnaire, une régression intellectuelle y compris par rapport à des forces ML ou trotskystes, comme cela a pu être le cas en fRance avec un certain ‘p”c”mlm’ et l’est actuellement aux États-Unis (et pourrait l’être à nouveau en France par ré-importation d’outre-Atlantique).
********************
En fait, pour qu’on se comprenne bien, on n’est pas sur une question de trucs qui marchent pas. Encore que le Pérou se soit pris une certaine branlée, dont on pourrait discuter des raisons, bon.
On est sur la question de l’exportation et application bête et méchante partout dans le monde de modèles qui marchent.
Les Philippines ça marche, nous ne croyons pas à leur capitulation 100 fois annoncée, la stratégie de négociations nous a encore été réexpliquée etc. L’Inde ça marche, le Pérou ça a glorieusement marché, le Brésil aujourd’hui ça marche plutôt pas mal…
Donc en fait, la question qui a pu se poser pour l’URSS de Lénine-Staline ou la Chine de Mao, ou le guévarisme après le succès cubain, dans les années 1960, sur le continent américain. Des trucs qui marchaient… Il y avait déjà ces débats sur le “modèle” à suivre plus ou moins aveuglément.
Déjà on pourrait faire beaucoup plus simple, en disant simplement que le MLM c’est le gonzalisme. Ben oui, c’est qui qui l’a synthétisé et affirmé internationalement, le MLM ?*
Tous les autres sont des ML ralliés, un peu comme les catholiques ralliés à la République LOL, plus ou moins tardivement et à des degrés divers.
Un peu comme à une époque, des marxistes et des socialistes divers se sont petit à petit ralliés au marxisme-léninisme.
Forcément, ça pose la question de l’adaptation à chaque contexte national (qui passe par l’élaboration d’une Pensée… ce que combien ont fait ?). Plus le MLM s’éloigne du Pérou, moins il peut être “pur”.
Les Philippins sont “problématiques”, déjà peut-être parce qu’au moment de reconnaître le MLM (vers la fin des années 1990 ?) ils avaient déjà derrière eux une longue histoire et pas ridicule. Il est donc logique qu’ils en fassent un peu à leur tête, et revendiquent une légitimité en tant que seule organisation à avoir une continuité totale depuis l’époque de Mao et de la Révolution culturelle.
En fin de compte, on peut critiquer Sison comme on peut critiquer Gonzalo ou ses épigones actuels, comme Mao critiquait Staline : comme des CAMARADES, et de grands révolutionnaires communistes qui ont pu parfois commettre des erreurs en s’écartant du matérialisme dialectique, et/ou en perdant de vue certains principes ; mais qui restent dans le camp du communisme.
En revanche, il existe des lignes rouges de l’inacceptable et des gens comme Prachanda et Bhattarai au Népal, Öcalan et le PKK et les orgas à sa remorque dans le HBDH en Turquie/Kurdistan, le ‘p”c”mlm’ en Hexagone ou les Red Guards aux États-Unis (liquidation infra-ML de la nécessité anticoloniale intérieure) les ont franchies.

[* Il existe une tendance, des groupes, qui disent que la Pensée Gonzalo a des aspects universels, qu’il est effectivement la “4e épée du marxisme” et qu’il prépare une 4e et encore supérieure étape.
C’est assez fréquent en Occident et à notre humble avis, c’est l’épicentre de ce qui peut chier idéologiquement.
Gonzalo ne s’est jamais qualifié lui-même de “4e épée” et le qualifier ainsi est anti-MLM. Il a simplement synthétisé et affirmé internationalement le maoïsme comme 3e et supérieure étape en même temps qu’il l’appliquait (“passant” Mariátegui à travers ce nouveau prisme) à la réalité concrète du Pérou, ce qui constitue sa “Pensée”. Personne n’est de toute façon une “épée” du marxisme ; le maoïsme ou même le marxisme-lénininsme anti-révisionniste post-Khrouchtchev ne se résument pas à Mao par exemple, qui n’est donc pas la “3e épée”, ni Lénine à lui seul la 2e, etc. marxisme-au-dela-de-marx-leninisme-au-dela-de-lenine-maoisme-au-dela-de-mao
Aucun propos émanant de gens qui appellent ainsi leur maison d’édition, ou de leurs soutiens internationaux, ne mérite d’être pris au sérieux ni d’engager la moindre discussion.]
********************
Cette lutte entre ‘pôles’ ‘grands frères’ internationaux, nous croyons qu’il n’existe pas d’autre ligne juste que de s’en tenir à l’écart, et en fait, dans le respect de ceux qui le méritent (que ce soit la lutte aux Philippines ou au Brésil), refuser CATÉGORIQUEMENT ces logiques de ‘modèles’ dictant ce qu’il et comment il faut faire dans le moindre recoin du monde. Ça a déjà été néfaste à l’étape ML, ça apparaît clairement dans le retour critique (matérialiste et constructif) chinois sur l’expérience soviétique sous Staline la-critique-maoiste-de-staline ; les éminences du Komintern sont passées à côté de génies comme Mariátegui comme ça, bref.
Le grand-frérisme est chez les grands Partis un ‘vertige du succès’ à combattre ; et surtout comme nous avons déjà pu le dire pour-en-finir-histoires-controverse-amerique-du-sud-vs-philippines, traduit chez les ‘petits frères’ une fainéantise politique. Oui : la problématique des Partis ‘grands frères’, c’est finalement et avant tout un problème de FLEMME idéologique des partis ‘petits frères’ qui vont se reposer sur les ‘grands’ plutôt que de bosser ; plus encore qu’une volonté active de ces derniers de se poser comme tels, même si bien sûr ça existe (le PCbUS dans le Komintern, mais aussi ensuite le PC de Chine ou l’Albanie contre le révisionnisme, etc.).
Cela rejoint encore une fois la nécessité absolue d’une Pensée… Mais lorsqu’on y travaille, même modestement, il faut s’attendre à se prendre des pierres ! Se souvenir de Mariátegui à ce sujet…AMX_056_0012.pdf
Et dans 99% des cas on voit bien que le ralliement à tel ‘grand frère’ contre tel autre recouvre en fait surtout des règlements de comptes strictement nationaux. Si les Red Guards se rallient au ‘purisme’ gonzaliste, c’est par exemple beaucoup pour pouvoir attaquer l”éclectisme’ qu’est le respect des militants colonisés-intérieurs pour les grandes figures anti-impérialistes non-maoïstes (c’est à dire à peu près toutes, puisque le MLM a été affirmé dans les années 1980-90… à ce jeu là même Kaypakkaya ou Majumdar n’étaient pas ‘maoïstes’…), et pouvoir les disqualifier au profit de leur volonté de centralisation partidaire sous la coupe de l’Amérique blanche. Vous imaginez un peu, l’utilisation faite ici d’un truc qui part à la base de la plus grande armée de libération indigène de l’histoire du Pérou depuis le 18e siècle sur-gonzalo-le-pcp-et-la-guerre-populaire-au-perou ?
Travaillons à l’écart de tout ça, élaborons la Pensée pour faire la révolution chez nous, et ne cherchons pas des ‘grands frères’ pour excuser notre rien-faire idéologique ou régler nos différends nationaux…
Cherchons et trouvons le point d’équilibre (véritable pierre philosophale…) entre solidité théorique scientifique et lien avec les masses, permis seulement par la FINESSE intellectuelle et le penser-avec-sa-tête ; afin d’éviter les situations à l’allemande où l”autisme politique’ (excellence théorique, mais difficulté à ‘socialiser’ avec les masses par sa pratique) engendre automatiquement contre lui le populisme éclectique et bas-du-front au nom de ‘toucher enfin’ celles-ci, ce qui est une phénomène littéralement mécanique et AUTOMATIQUE et qui n’a pas d’autre antidote que ce juste équilibre.
**********************
Le centrisme, c’est vouloir se tenir absolument à équidistance entre deux positions.
Ce n’est pas notre cas : au contraire, nous en affirmons fermement une. À savoir, la position de Mao et des communistes chinois dans leurs retours critiques sur l’URSS de Staline critique-maoiste-staline ; au sujet de la tendance de grands Partis aux grandes réalisations à se poser en “guides” de l’activité de tous les Partis de la planète, et de l’autre côté, des petits Partis au suivisme aveugle vis à vis des grands ; l’un ne pouvant aller sans l’autre.
Le centrisme, ce peut être aussi vouloir à tout prix concilier des positions inconciliables.
Au contraire, nous disons que nous ne concilierons pas avec ce qui nous semblerait inacceptable, de qui que cela provienne ; et ne nous fixerons jamais dans le mouvement communiste un “camp” de la part duquel tout serait accepté et défendu, et rien de ce pourrait faire le “camp” opposé.